Mardi 26 et mercredi 27 septembre 1865

De Une correspondance familiale


Lettre d’Eugénie Desnoyers, épouse de Charles Mertzdorff (chez son frère à Ancy-le-Franc) à Marie Mertzdorff (Vieux-Thann)


Original de la lettre 1865-09-26-pages1-4.jpg Original de la lettre 1865-09-26-pages2-3.jpg


Ancy-le-Franc

Mardi 26 septembre 1865

Ma chère petite Mimi,

J’ai reçu ta bonne petite lettre et je viens te dire combien j’ai été contente de savoir que la petite Founi[1] et toi vous étiez bien sages et que vous vous portiez bien.

Je n’ai qu’à vous dire de continuer, mes Chéries ; et à la fin de la semaine papa[2] et maman iront trouver leurs petits choux et les mangeront de caresses tant ils auront de plaisir à voir que vous n’avez mérité, en leur absence, que des excellents.

Mercredi matin. Du jardin de l’oncle Alfred[3].

Ma petite Mimi, il était trop tard hier pour mettre ma lettre à la poste, je viens donc encore ce matin causer avec toi. J’ai été très satisfaite de ton écriture, les lettres sont bonnes et j’espère qu’aujourd’hui je recevrai des nouvelles de bonne-maman Mertzdorff[4] et de mes petites filles. Ton Papa n’est pas encore ici, je l’attends demain matin. Il fait une chaleur bien fatigante.

Nous vous écrirons ou enverrons une dépêche pour vous indiquer exactement l’heure de notre arrivée Vendredi soir ou Samedi soir. Ainsi il n’y a rien à préparer pour nous. Dis à Marie[5] de faire nettoyer <pour> Thérèse la chambre de la cuisinière.

Ma dernière lettre était, je crois, de l’hôtel Byron[6], nous nous disposions à faire un petit tour en barque sur le beau lac de Genève, c’est ce que nous avons fait ; papa Charles et oncle Julien[7] ont ramé ce qui a amusé tout le monde.

Dans l’après-midi nous avons pris le bateau à vapeur et nous sommes rendus à Genève, tu sais cette ville qui est au petit coin de la Suisse près de la France, tu peux la voir sur ta carte.

Lundi nous avons passé la journée à Lyon, une grande ville comme Paris. Tu peux dire à Cécile[8] que j’ai vu son frère, qu’il va bien ainsi que sa petite famille, et comme sa femme tardait <beaucoup> à descendre, il m’a accompagnée jusqu’à Fourvière et en chemin je suis entrée voir sa petite nièce, celle qui écrit si bien tu sais, et qui est à peu près grande comme toi ; elle a un petit frère qui est vieux de trois semaines et dont elle est marraine. Dis à la bonne Chichi que j’ai été très contente de voir son frère et qu’il m’a bien priée de lui transmettre toutes ses amitiés. Ses parents ne sont pas venus à Lyon.

J’espère, mes petites filles, que vous continuez à être bien sages avec bonne-maman et je vous charge de l’embrasser toutes les deux de ma part. Bon-papa et bonne-maman Desnoyers[9] et les 2 oncles taquins[10] vous embrassent et vous chargent de transmettre à votre bonne-maman leurs respects et leurs amitiés.

Dis mille choses à oncle, tante et cousin Georges[11]. Oncle Georges a été bien aimable d’écrire comme il l’a fait jusqu’à présent.

Adieu mes petites chéries, je vous câline et vous embrasse comme je vous aime,

Votre petite maman

Eug. Mertzdorff

Le petit papier que tu trouveras dans l’enveloppe est pour cousin Georges[12] avec prière de faire parvenir cette petite réclamation au chemin de fer afin de presser l’arrivée des bagages à Ancy.


Notes

  1. Emilie (Founi) Mertzdorff, petite sœur de Marie (Mimi).
  2. Charles Mertzdorff, époux d’Eugénie Desnoyers.
  3. Alfred Desnoyers, frère aîné d’Eugénie et Aglaé.
  4. Marie Anne Heuchel, veuve de Pierre Mertzdorff.
  5. Marie, domestique chez les Mertzdorff et Thérèse, cuisinière nouvellement engagée.
  6. Voir la lettre du 23 septembre.
  7. Julien Desnoyers, jeune frère d’Eugénie et Aglaé.
  8. Cécile (Chichi), bonne des petites Mertzdorff.
  9. Jules Desnoyers et son épouse Jeanne Target.
  10. Alfred et Julien Desnoyers.
  11. Elisabeth Schirmer, son époux Georges Heuchel et leur fils Georges Léon.
  12. Georges Léon Heuchel.

Notice bibliographique

D’après l’original

Pour citer cette page

« Mardi 26 et mercredi 27 septembre 1865. Lettre d’Eugénie Desnoyers, épouse de Charles Mertzdorff (chez son frère à Ancy-le-Franc) à Marie Mertzdorff (Vieux-Thann) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Mardi_26_et_mercredi_27_septembre_1865&oldid=51614 (accédée le 12 août 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.