Mardi 23 octobre 1917

De Une correspondance familiale

Copie dactylographiée d’une lettre de Guy de Place (mobilisé) à Charles Zwingelstein (Vieux-Thann)

original de la lettre 1917-10-22.jpg


Copie de la lettre de M. de Place à M. Zwingelstein du 23 Octobre 1917

Mon cher Zwingelstein,

Je vous remercie de votre lettre du 15 qui répond aux différentes questions qui restaient en suspens. Je comprends très bien le surcroît d’occupation que vous donne la Mairie[1], et il est bien évident que vous ne seriez pas en mesure de m’écrire aussi longuement toutes les semaines et il ne me viendrait pas à l’idée de vous le demander : c’est pourquoi j’ai prié les principaux chefs de service[2] de m’envoyer chaque semaine un résumé succinct, mais très régulier des questions qui ont pu se poser pendant la semaine ; on évitera ainsi d’avoir à un moment donné de trop longs comptes-rendus à faire, et je serai mieux au courant. A ce propos voulez-vous dire à M. Meng que je le prie de m’adresser le prochain rapport (du 28) à Paris, 25 rue Montparnasse.

Calandre Haubold[3] : J’aurais préféré qu’elle soit transportée directement avec tout le reste chez M. & C. où Muller l’aurait fait prendre en dehors de nous – à la rigueur on procèdera tout de même comme vous le proposez, sur un ordre écrit de Muller.

Enquête faite par M. Froissart[4]. En raison de la nécessité où je me trouve de songer à l’avenir et de tout prévoir des responsabilités que je porte, il ne m’est pas possible de suivre M. Froissart, qui agit pour son compte personnel et non pour le compte de la Société, dans les enquêtes qu’il veut faire et dans les conclusions qu’il veut en tirer. Quelles que soient les personnes qui lui ont donné des conseils, j’estime qu’elles ne sont pas en mesure de juger les conséquences de leurs actes. Je ne veux donc pas me mêler en rien des enquêtes sur le bombardement, pas plus que je ne me mêle des conclusions que M. Froissart en tire. Dans ces conditions, il est nécessaire que le personnel de notre usine se tienne sur la même réserve que moi. En tous cas tout renseignement doit passer par mon intermédiaire. Bien entendu, M. Mura ne faisant plus partie de notre personnel est libre de ses mouvements.

Réquisition du Turbo-groupe : en admettant que nous présentions à l’Administration une facture de vente comme j’y avais pensé tout d’abord, je crois qu’il faudra tout de même la baser sur le prix du nouveau devis de BBC, quitte à discuter la question, avec la Commission départementale. Il ne s’agit pas seulement de savoir ce qui a été fait jusqu’à présent dans la Vallée ou même par des tribunaux divers. Je crois qu’il faut aussi tenir compte de la jurisprudence de la Cour de Cassation, et cela avant tout. Or il y a eu il y a 6 mois environ, un jugement de la Cour de Cassation disant qu’on devait tenir compte de la valeur de remplacement. Je vais m’efforcer de retrouver ce jugement. Si mes préférences allaient vers une vente, c’est aussi parce que je ne voyais pas bien, étant donné le mauvais vouloir de l’Administration, le moyen d’en sortir par une location. Si c’est avec Paris, je crois qu’on n’en sortirait jamais. J’avais essayé d’entamer des pourparlers avec le ministère à une de mes dernières permissions. j’ai dû y renoncer, parce qu’on essayait de me balancer et de me remettre à la fin des hostilités. Si au contraire la question de location peut être traitée avantageusement avec une commission locale ou des autorités locales, il sera peut-être plus facile de causer. Voulez-vous en informer, soit auprès de Muller, soit auprès de L’administration : la question mérite en effet d’être étudiée.

Il faut toujours être bien avec les gendarmes et les tribunaux, quels qu’ils soient.

Mais mon intention est bien, pour les tissus à Lyon, de ne rien tenter contre ce qu’a fait l’administration. Je m’en garderai bien, le personnel devra donc en faire autant.

Vous voudrez bien communiquer ces lignes à M. Meng et cordialement à vous

Signé : G. de Place


Notes

  1. Charles Zwingelstein est maire de Vieux-Thann depuis 1910.
  2. Voir la note de service adressée le 4 octobre à MM. Meng, Zwingelstein, Meyer et Hochstetter.
  3. Carl Gottlieb Haubold (1783-1856) est un fabricant de machines outils à Chemnitz en Saxe. Un prospectus datant de 1900 indique « Machines et matériel complet pour le blanchiment, la teinture et l'apprêt. Machines pour papeteries. Machines à glace et à refroidir ». Il serait l’auteur d’un texte intitulé Calandre en acier, notamment pour le lissage du papier (1923).
  4. Damas Froissart.

Notice bibliographique

D’après l’original

Pour citer cette page

« Mardi 23 octobre 1917. Copie dactylographiée d’une lettre de Guy de Place (mobilisé) à Charles Zwingelstein (Vieux-Thann) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Mardi_23_octobre_1917&oldid=53442 (accédée le 1 octobre 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.