Mardi 15 juillet 1884

De Une correspondance familiale

Lettre de Félicité Duméril, épouse de Louis Daniel Constant Duméril (Paris), à Marcel de Fréville, époux de sa petite-fille Marie Mertzdorff (Launay près de Nogent-le-Rotrou)


Fs1884-07-15-pages1-4 Félicité.jpg Fs1884-07-15-pages2-3 Félicité.jpg


Paris 15 Juillet 1884.

Mon cher Marcel,

Je viens vous prier de nous faire le grand plaisir de nous écrire quelques lignes pour nous tenir au courant de la santé de notre chère Marie[1] et du petit Charles, il est vrai que par les lettres de votre excellente tante Aglaé[2] nous avons des nouvelles de Launay, mais voyez comme les vieux parents[3] sont difficiles à contenter, ils voudraient encore en recevoir directement de leur bon fils Marcel qu’ils chargent de bien embrasser de leur part leur si chère Marie et leurs arrières-petits-enfants[4]. Jeanne et Robert que disent-ils en regardant leur petit frère ?

Nous avons bien des actions de grâce à rendre à Dieu, mon cher Marcel, et je sais qu’il vous est doux de remplir cet acte. Marie et Émilie[5] viennent de passer par le moment si douloureux de la délivrance, de la manière la plus rassurante. Deux enfants du même sexe leur sont arrivés presqu’en même temps ; quelles sont les vues de Dieu sur ces deux petits êtres qui arrivent dans ce monde avec des garanties qu’on voudrait à tous les enfants. Oh que Dieu les bénisse et bénisse en même temps leurs chers parents.

Nous avons reçu hier une bonne lettre de Léon[6] contenant des détails satisfaisants sur la santé de chacun des membres de son entourage ; malheureusement il n’en n’est pas de même pour la pauvre Madame Heuchel[7], elle ne souffre pas, mais sa faiblesse est extrême.

La semaine dernière j’ai été assez agitée par un mal de gorge survenu à Rosalie[8] et qui a exigé la visite du médecin, la voilà aujourd’hui à peu près remise.

Je puis vous dire que les Paul Duméril[9] ont été pour nous ce que vous auriez été vous-même. Chaque jour nous avons été dîner chez eux afin de laisser Rosalie bien tranquille. Un aimable  billet de notre chère cousine Gastambide[10] nous invite à aller demain au Vésinet dîner chez elle avant son départ pour Bex[11] où elle doit aller prendre les eaux avec sa fille dont la santé est délicate. J’espère que vous avez de bonnes nouvelles de Mesdames de Fréville[12] et de la Serre[13] ; à l’occasion veuillez nous rappeler à leur bon souvenir. Adieu cher Marcel nous vous embrassons de tout cœur ainsi que notre si chère Marie et les petits enfants.

Félicité Duméril


Notes

  1. Marie Mertzdorff, épouse de Marcel de Fréville, a accouché de Charles de Fréville le 5 juillet.
  2. Aglaé Desnoyers, épouse d'Alphonse Milne-Edwards.
  3. Félicité Duméril et son époux Louis Daniel Constant Duméril.
  4. Jeanne et Robert de Fréville.
  5. Émilie Mertzdorff, épouse de Damas Froissart et mère de Jacques Froissart né le 9 juillet 1884.
  6. Léon Duméril, époux de Marie Stackler et père d'Hélène et André Duméril.
  7. Élisabeth Schirmer, épouse de Georges Heuchel.
  8. Rosalie, employée chez les Duméril.
  9. Paul Duméril et son épouse Marie Mesnard.
  10. Marthe Odier, épouse d'Eugène Gastambide, et mère de Valentine Gastambide (ou bien Émilie Delaroche veuve d'Adrien Joseph Gastambide et mère d'Adrienne Gastambide, épouse d'Alphonse Marc Chauvet?).
  11. Bex en Suisse.
  12. Sophie Villermé, veuve d'Ernest de Fréville et mère de Marcel
  13. Louise de Fréville, épouse de Roger Charles Maurice Barbier de la Serre et sœur de Marcel.

Notice bibliographique

D’après l’original.

Pour citer cette page

« Mardi 15 juillet 1884. Lettre de Félicité Duméril, épouse de Louis Daniel Constant Duméril (Paris), à Marcel de Fréville, époux de sa petite-fille Marie Mertzdorff (Launay près de Nogent-le-Rotrou) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Mardi_15_juillet_1884&oldid=53148 (accédée le 18 août 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.