Mardi 14 octobre 1862

De Une correspondance familiale

Lettre d’Eugénie Desnoyers (Montmorency) à sa sœur Aglaé, épouse Milne-Edwards (Lyon, rentrant de son voyage de noce)


Montmorency

14 Octobre

Il est possible, ma chère petite Gla, que cette lettre ne te trouve plus à Lyon, mais, si entraînés par le charme de la belle nature et par le plaisir du tête-à-tête vous prolongez votre vie errante au-delà du 15, je ne veux pas que tu sois sans nouvelles pour cela. Hein, voilà qui mérite une récompense.

Tu me demandes si je m'ennuie sans toi et tu parais presque désirer une réponse affirmative. Sais-tu que je pourrais te faire la même question ? faut-il que je souhaite aussi que ma présence t'ait un peu manqué et que tu aies cherché la sœur qui ne t'a jamais quittée et que tu as abandonnée pour... te marier ! je te laisse toute la responsabilité de la réponse. Cœur et esprit tire-t-en à la satisfaction de tous. C'est votre rôle maintenant belle dame. à propos es-tu bien habituée à ton nouveau titre, ici on s'exerce afin de ne pas se tromper.

Papa[1] et Julien[2] sont retournés à Paris, maman[3] et moi nous travaillons à force et n'irons à la capitale que Vendredi pour l'heure du dîner afin de laisser nos braves gens libres pour le mariage de Louise qui aura lieu Samedi

Hier Céline[4] est venue passer un bon moment avec moi, elle m'a chargée de mille choses aimables pour Mme Edwards[5] ainsi que toutes les personnes que j'ai vues, mais ce sont des commissions qu'il est permis d'oublier.

Amélie[6] a été souffrante depuis ton mariage (je ne sais si elle t'a répondu), elle est rentrée à Paris hier, elle va mieux mais va continuer à se ménager.

Voici maman prête il faut que je te quitte, nous allons faire visite à Mmes Bidault et Delacre[7], puis à Groslay[8] retenir les poires et des haricots. Nous allons demander (d'après ton désir) si on pourrait en avoir pour ta maison. Le soleil brille ; on se croirait en été.

Adieu, ma chérie, que j'aurai tant de plaisir à revoir, (ah j'oublie que je ne voulais pas te le dire). L'année est dure pour moi. Ma pauvre Caroline[9] ! sans cesse je pense à elle ; mais c'est de l'égoïsme; elle est heureuse.

Mille bons baisers de la part de notre bonne mère et caresses de ta sœur et amie

Eugénie,

Alphonse[10] doit trouver aussi des amitiés dans ce griffonnage. J'ai reçu la lettre datée de Lausanne. Q'avez-vous fait depuis?..


Notes

  1. Jules Desnoyers.
  2. Julien Desnoyers, jeune frère des correspondantes.
  3. Jeanne Target.
  4. Probablement Céline Desmanèches.
  5. La destinataire de la lettre, Aglaé Desnoyers, épouse d’Alphonse Milne-Edwards.
  6. Amélie Desmanèches, épouse d’Emile Delapalme, sœur de Céline.
  7. Mary Elisabeth Gill, épouse d’Eugène Auguste Delacre.
  8. Groslay, commune limitrophe de Montmorency, vit essentiellement de la vigne et du maraîchage jusqu'au début du XXe siècle ; la culture du poirier s'y développe à partir de 1860.
  9. Caroline Duméril, épouse de Charles Mertzdorff, est décédée le 7 juillet.
  10. Alphonse Milne-Edwards, époux d’Aglaé.

Notice bibliographique

D’après l’original

Pour citer cette page

« Mardi 14 octobre 1862. Lettre d’Eugénie Desnoyers (Montmorency) à sa sœur Aglaé, épouse Milne-Edwards (Lyon, rentrant de son voyage de noce) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Mardi_14_octobre_1862&oldid=40714 (accédée le 3 février 2023).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.