Mac Mahon, Edme Patrice Maurice de (1808-1893)

De Une correspondance familiale

Dans leurs échanges pendant la guerre de 1870 Charles Mertzdorff et son épouse Eugénie Desnoyers citent les noms de certains acteurs du conflit, militaires et hommes politiques : Bazaine, Canrobert, Changarnier, Chevreau, Palikao, Douai, Frossard, Mac Mahon, Napoléon III, très critiqué, Ollivier, Trochu, etc.

Edme Patrice Maurice de Mac Mahon, né au château de Sully (Saône-et-Loire) en 1808, entre dans l'armée en 1827 après des études à l'École militaire de Saint-Cyr. Il sert en Algérie et devient général de division. Mac Mahon participe à la prise de Malakoff lors de la guerre de Crimée (1855) et à la victoire de Magenta (1859) pendant la guerre d’Italie ; il est fait maréchal, duc de Magenta. Il est nommé gouverneur général de l’Algérie (1864 à 1870).

Pendant la guerre de 1870, après la défaite du 4 août à Wissembourg, les trois corps français d’Alsace sont placés sous le commandement de Mac Mahon ; mais avant qu’il ait rassemblé toutes ses forces et malgré l’héroïsme des tirailleurs algériens et des cuirassiers, il est écrasé le 6 août à Frœschwiller. Charles Mertzdorff le décrit « battant en retraite, mais en bon ordre ». Blessé à la bataille de Sedan, il est fait prisonnier lors de la capitulation de Sedan. En 1871, il est nommé à la tête de l'armée des Versaillais qui réprime la Commune de Paris en tuant 30 000 personnes, emprisonnant 38 000 et déportant 7 000 au bagne.

Bien que monarchiste, Mac Mahon accepte la présidence de la République en 1873 ; il démissionne en 1879.



Pour citer cette page

« Mac Mahon, Edme Patrice Maurice de (1808-1893) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), URI: https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Mac_Mahon,_Edme_Patrice_Maurice_de_(1808-1893)&oldid=42065 (accédée le 9 août 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.