Lundi 30 octobre 1876

De Une correspondance familiale

Lettre de Léon Vaillant (Paris) à Eugénie Duméril (veuve d’Auguste Duméril)

original de la copie 1876-10-30.jpg


Paris 30 Octobre 1876.[1]

Madame,

Nous venons de recevoir le portrait de M. Auguste Duméril[2], que vous avez bien voulu donner au laboratoire. Je ne veux pas attendre davantage, pour vous adresser nos très sincères remerciements.

Ce portrait est d’une ressemblance parfaite, et nous sommes heureux de pouvoir mettre, sous les yeux des personnes qui fréquentent nos laboratoires, les traits du professeur, dont les travaux ont laissé dans cet établissement une trace si durable.

Veuillez agréer, je vous prie, Madame, l’assurance de mon entier dévouement.

Madame Vaillant[3], très sensible au bon souvenir que vous avez bien voulu garder d’elle, me charge de vous offrir ses très sincères salutations.

Léon Vaillant.


Notes

  1. Voir « Les livres de copies » et la lettre du 28 septembre 1876).
  2. Voir la lettre du 28 septembre 1876.
  3. Henriette Jeanne Hovius, épouse de Léon Vaillant.

Notice bibliographique

D’après la copie de l’original dans le livre de copies : Lettres de M. Auguste Duméril, 2e volume (page 649)

Pour citer cette page

« Lundi 30 octobre 1876. Lettre de Léon Vaillant (Paris) à Eugénie Duméril (veuve d’Auguste Duméril) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Lundi_30_octobre_1876&oldid=40535 (accédée le 27 juin 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.