Jeudi 28 septembre 1876

De Une correspondance familiale

Lettre de Léon Vaillant (Paris) à Eugénie Duméril (veuve d’Auguste Duméril)

original de la copie 1876-09-28.jpg


Paris 28 Septembre 1876.[1]

Madame,

Appelé, comme successeur de M. Auguste Duméril, à poursuivre les différents projets d’installation qu’il avait adoptés pour la Ménagerie, et le laboratoire d’Erpétologie, je désirerais pouvoir, placer, dans celui-ci, les portraits de mes prédécesseurs, en témoignage de ce qu’ils ont fait, et pour le Muséum, et pour cette chaire, en particulier. Nous possédons le portrait de M. Constant Duméril[2], lithographié par M. Bocourt[3], mais celui de M. Auguste  Duméril, nous manque.

J’ose m’adresser à vous, Madame, pour vous demander si vous possédez des exemplaires d’une photographie, par exemple, dont vous puissiez disposer en faveur du laboratoire, ce dont nous vous serions très reconnaissants.

Persuadé que vous excuserez mon indiscrétion, en considérant le but que je désire atteindre, de rendre un juste hommage à ces savants professeurs, je vous prie de vouloir bien, Madame, agréer l’assurance de mes sentiments les plus dévoués.

Léon Vaillant.


Notes

  1. Voir « Les livres de copies » et la lettre du 30 octobre 1876.
  2. André Marie Constant Duméril.
  3. Firmin Bocourt.

Notice bibliographique

D’après la copie de l’original dans le livre de copies : Lettres de M. Auguste Duméril, 2e volume (page 648)

Pour citer cette page

« Jeudi 28 septembre 1876. Lettre de Léon Vaillant (Paris) à Eugénie Duméril (veuve d’Auguste Duméril) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Jeudi_28_septembre_1876&oldid=40043 (accédée le 2 février 2023).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.