Dimanche 9 février 1873

De Une correspondance familiale


Lettre de Félicité Duméril, épouse de Louis Daniel Constant Duméril (Morschwiller) à Aglaé Desnoyers, épouse d’Alphonse Milne-Edwards (Paris)


original de la lettre 1873-02-09.jpg


Morschwiller 9 février 1873.[1]

Ma bien chère Aglaé,

Les bonnes lettres que nous recevons de Paris nous causent bien du contentement et nous aident à supporter la douloureuse épreuve que nous subissons[2]. Cette lettre de notre petite Marie[3] que je viens de recevoir, nous tient au courant de son travail, des promenades faites avec le bon père[4] et qui auront une si heureuse influence sur la santé des chères enfants[5].

Je la remercie bien de m'avoir écrit comme elle l'a fait, je te remercie aussi du fond du cœur pour ces quelques lignes que tu as ajoutées et qui contiennent tout ce qui va au cœur. Je crois que tu as raison, dans ce moment, de te borner aux leçons du catéchisme et du cours[6], ces leçons-là qui sont si importantes priment tout. Voir nos chères petites à la tête de leurs classes sera un bonheur pour elles comme pour nous, il y a beaucoup à faire pour ce cours, et il faut que la santé marche de pair avec le travail. Accumuler trop de leçons peut nuire à l'une et empêcher un bon résultat dans les études essentielles. Ai-je besoin de te dire combien par la pensée, je suis avec vous tous, avec tes chers parents[7], les paroles me manquent pour bien dire ce que j'éprouve.

Plusieurs lettres me sont arrivées, j'en détache celle d'Isabelle Latham[8] que je t'envoie. Le souvenir d'Isabelle est lié à celui des temps heureux et je sais que tout ce qui vient d'elle t'intéresse.

Adieu bien chère et bonne Aglaé nous t'embrassons comme nous t'aimons ainsi que la chère famille qui t'entoure. Les photographies de nos bonnes petites sont toujours là auprès de nous. C'est notre chère bien aimée[9] qui nous les a fait faire

Félicité Duméril

Je n'ai pas de nouvelles de Chaumont[10] et désirerais bien en recevoir.


Notes

  1. Lettre sur papier deuil.
  2. Après le décès d’Eugénie Desnoyers, épouse de Charles Mertzdorff.
  3. Marie Mertzdorff.
  4. Charles Mertzdorff.
  5. Marie et Emilie Mertzdorff.
  6. Le cours des dames Boblet.
  7. Jeanne Target et son époux Jules Desnoyers.
  8. Isabelle Latham, épouse d'August Jung.
  9. Eugénie Desnoyers (†), épouse de Charles Mertzdorff.
  10. A Chaumont vivent Adèle Duméril, son époux Félix Soleil, leurs enfants, et sa mère Eugénie Duméril, veuve d’Auguste Duméril.

Notice bibliographique

D’après l’original

Pour citer cette page

« Dimanche 9 février 1873. Lettre de Félicité Duméril, épouse de Louis Daniel Constant Duméril (Morschwiller) à Aglaé Desnoyers, épouse d’Alphonse Milne-Edwards (Paris) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Dimanche_9_f%C3%A9vrier_1873&oldid=51484 (accédée le 12 août 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.