Dimanche 3 juillet 1887

De Une correspondance familiale

Lettre de Marie Mertzdorff, épouse de Marcel de Fréville (Paris) à sa grand-mère Félicité Duméril, épouse de Louis Daniel Constant Duméril (Vieux-Thann)


Fs1887-07-03 Marie.jpg


Chère bonne-maman,[1]

Deux mots à la hâte pour te dire que notre bien-aimée malade[2] est toujours de même, cependant aujourd’hui les médecins[3] ont paru plus contents et nous reprenons courage. Tante a un peu mangé et n’a pas eu de vomissements ; enfin plusieurs petits détails sont rassurants mais cependant tout danger n’est pas écarté. Nous continuons à bien demander à Dieu de sauver cette vie si aimée et si précieuse et nous comptons sur vos prières à tous.

Surtout chers grands-parents ne vous inquiétez pas trop, tante aurait tant de chagrin à la pensée qu’elle vous fait du mal ! Elle qui voulait que personne ne sût cette opération ! Vous voyez qu’aujourd’hui la journée est meilleure.

Je vous embrasse à la hâte de tout mon cœur.

Marie


Notes

  1. Papier à en-tête du Muséum.
  2. Aglaé Desnoyers, épouse d'Alphonse Milne-Edwards.
  3. Le docteur Octave Terrillon et le chirurgien Aristide Verneuil.


Notice bibliographique

D'après l'original.

Pour citer cette page

« Dimanche 3 juillet 1887. Lettre de Marie Mertzdorff, épouse de Marcel de Fréville (Paris) à sa grand-mère Félicité Duméril, épouse de Louis Daniel Constant Duméril (Vieux-Thann) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Dimanche_3_juillet_1887&oldid=39616 (accédée le 31 janvier 2023).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.