Dimanche 13 février 1881

De Une correspondance familiale


Lettre de Marie Mertzdorff (épouse de Marcel de Fréville) (Paris) à son père Charles Mertzdorff (Vieux-Thann)

original de la lettre 1881-02-13 pages 1-4.jpg original de la lettre 1881-02-13 pages 2-3.jpg


Paris 13 Février 81

Merci, mon cher Papa, de la longue lettre que nous avons reçue de toi hier, inutile de te dire qu’elle nous a fait bien grand plaisir et qu’elle est dans ce moment en la possession d’Émilie[1] qui va me la rapporter tout à l’heure. Ici comme à Vieux-Thann tout le monde se porte bien ; tante[2] seule paraît encore très fatiguée ce qui ne l’empêche pas de mener une vie fort active ; hier nous avons été ensemble faire diverses emplettes au Bon Marché pendant les cours d’Émilie. Pour moi je continue de me porter parfaitement mais j’ai bien vite usé mes forces en marchant et les chaises et fauteuils ont pour moi en ce moment un attrait particulier. Quant à mon lit j’y séjournerais indéfiniment et je n’ose pas calculer le nombre d’heures que je consacre au sommeil ; heureusement que je n’ai pas grand chose à faire.

J’allais, mon Père chéri, me mettre à te parler bébé[3] mais il faut avant tout que je remplisse la commission de Marcel[4]. Je suis chargée de te dire qu’il va s’occuper du bureau de tabac de Mme Bobé[5] puisque tu le désires mais il le fera plutôt par acquit de conscience que dans l’idée de voir ses démarches couronnées de succès. Il paraît que pour avoir chance de réussir il aurait fallu qu’on lui remît toutes les pièces qu’il aurait portées directement au cabinet du ministre des finances[6] en les recommandant à un M. qu’il connaît et qui s’occupe de ces sortes d’affaires. Maintenant il ne sait où est le dossier de Mme Bobé, peut-être a-t-il déjà passé, peut-être n’arrivera-t-il que dans un an, c’est ce qu’on ne saurait dire et Marcel ne faisant plus partie de la commission ne peut le trouver. Enfin, dernière et sérieuse objection, Marcel ne croit pas qu’un garde d’artillerie ait droit à un bureau de 1ère classe ; or le ministère des finances ne s’occupe que de ceux-là et ceux de 2e classe sont renvoyés à la préfecture. Dans tous les cas Marcel en parlera.

Mon second message est moins compliqué mais il a aussi son petit intérêt : de pauvres viticulteurs sans expérience ont recours à toi propriétaire de vignes et patron de 2 vignerons pour savoir à quelle époque il faut tailler les branches folles qui empêchent je crois d’avoir du raisin. Il me semble que ce doit être bientôt, avant que les bourgeons ne commencent mais nous voudrions bien avoir l’avis d’un expert. Cette question nous tourmente chaque fois que nous faisons notre tour de parc[7] ; ce qui est arrivé  longuement aujourd’hui après le déjeuner. L’air était un peu piquant mais le soleil si chaud et si bon que nous nous promenions le long de notre espalier comme de vrais lézards.

J’attends à 3h oncle[8], tante et Émilie qui m’ont annoncé leur visite par une carte télégramme, tu juges de ma joie. Quand donc toi aussi, mon Père chéri viendras-tu sonner rue Cassette ? Quand il y aura là un petit enfant pour te recevoir en criant ! cela me paraît encore étrange à penser et cependant dans bien peu de temps il sera là avec nous le petit chéri !

Adieu, mon cher [petit] Papa, à bientôt, en attendant je t’embrasse de tout mon cœur et je t’envoie un immense ballot d’amitiés de la part du ménage.
Marie


Notes

  1. Emilie Mertzdorff, sœur de Marie.
  2. Aglaé Desnoyers, épouse d’Alphonse Milne-Edwards.
  3. Jeanne de Fréville naîtra le 19 mars 1881.
  4. Marcel de Fréville, époux de Marie Mertzdorff.
  5. Marguerite Madeleine Wiss, veuve de Louis Bobé.
  6. Joseph Magnin, ministre des finances du 29 décembre 1879 au 13 novembre 1881.
  7. Le jardin du pavillon de la rue Cassette.
  8. Alphonse Milne-Edwards.

Notice bibliographique

D’après l’original

Pour citer cette page

« Dimanche 13 février 1881. Lettre de Marie Mertzdorff (épouse de Marcel de Fréville) (Paris) à son père Charles Mertzdorff (Vieux-Thann) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Dimanche_13_f%C3%A9vrier_1881&oldid=39331 (accédée le 13 août 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.