1860 – Notes de Caroline Duméril, épouse de Charles Mertzdoff, lors d’un séjour à Montataire (17-24 mai)

De Une correspondance familiale

Jeudi[1] promenade à Thiverny[2] petit village anciennement assez considérable petite église gentille à l'extérieur

Vendredi voyage à Senlis belle ville ancien évêché, grande église bien ornée et d'une belle architecture, sous-préfecture, hôtel de ville, caserne dans une ancienne église bien bâtie et remarquable par ses ornements extérieurs. Grand nombre de ruines et de très anciennes maisons.

Samedi promenade à Nogent les Vierges[3] ainsi nommé à cause de deux jeunes princesses qui y furent martyrisées, le village est fort long mais très étroit et peu remarquable.

Dimanche messe à Thiverny les paroissiens sont si peu nombreux que l'on sonne trois fois pour annoncer la célébration du service personne ne vient, et après une heure d'attente le prêtre est obligé d'aller lui-même dans le village pour convier les fidèles mais deux ou trois vieilles femmes un homme et quelques enfants répondent seulement à son appel

Lundi promenade sur les bords de l'Oise, maison de l'éclusier, propriété de M. Juliette retour à l'usine par la grande route de Creil

Mardi pêche sur les bords de l'Oise le vent est tellement fort que rien ne mord à l'hameçon

Mercredi promenade à Nogent. Marie nous accompagne et marche pour la première fois dans la campagne elle donne les deux mains et fait d'assez longs bouts de chemin sans paraître fatiguée

Jeudi voyage à Pont Ste Maxence

Notes

  1. Ces notes détaillent des visites autour de Montataire, où habitent Eléonore Vasseur (alliée aux Duméril) et son époux André Fröhlich, gérant des forges. Aucune date n’est mentionnée. Cependant, on peut dater ce voyage Caroline Duméril, épouse de Charles Mertzdorff, du 17 au 24 mai 1860. 1860, car la feuille est classée dans les archives familiales avec les lettres de cette année-là et qu’il est fait allusion aux premiers pas de Marie Mertzdorff (née le 15 avril 1859). Plus précisément, la lettre du 13 mai de Caroline Duméril annonce que le mardi 15 Mme Fröhlich viendra à Paris et qu’elle « compte absolument sur nous deux » [Caroline et sa fille Marie] puis Eugénie Desnoyers, dans une lettre du 25 mai, parle du voyage effectué par Caroline à Montataire.
  2. Village proche de Montataire.
  3. Actuellement Nogent-sur-Oise.

Notice bibliographique

D’après l’original

Document(s) à télécharger

original des notes de Caroline Duméril-Mertzdorff à Montataire en mai 1860.jpg


Pour citer cette page

« 1860 – Notes de Caroline Duméril, épouse de Charles Mertzdoff, lors d’un séjour à Montataire (17-24 mai) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), URI: https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=1860_%E2%80%93_Notes_de_Caroline_Dum%C3%A9ril,_%C3%A9pouse_de_Charles_Mertzdoff,_lors_d%E2%80%99un_s%C3%A9jour_%C3%A0_Montataire_(17-24_mai)&oldid=42988 (accédée le 28 septembre 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.