Vendredi 7 mai 1802, 17 floréal an X

De Une correspondance familiale

Lettre d’André Marie Constant Duméril (Paris) à son père François Jean Charles Duméril (Amiens)

Original de la lettre 1802-05-07-pages1-4.jpg Original de la lettre 1802-05-07-pages2-3.jpg


n° 141

Mon cher Père. Comme c'est toujours à d'autres personnes de la famille que j'écris je me prive de recevoir vos lettres et je ne vois de votre écriture que l'adresse. aujourd'hui je veux non vous forcer, mais vous engager à me répondre. Ce n'est pas que ce que j'ai à vous dire vous regarde précisément, au contraire, mais vous serez mon interprète et puis je vous donnerai des nouvelles, mais de grandes nouvelles auxquelles cependant on croit un peu toutes incroyables qu'elles paraissent. deux mois avant le Concordat[1] ne haussait-on pas les épaules devant ceux qui parlaient du rétablissement du Dimanche et qui aurait dit que le membre le plus acharné contre les prêtres irait un jour à la messe ? Qu'on sonnerait pour lui les cloches ? etc.

J'ai reçu hier une lettre du secrétaire du ministre[2] il me mande : qu'ils sont établis à l'hôtel d'Orsay et que mon frère leur fera plaisir quand il voudra venir partager leurs travaux. Que le plus tôt sera le mieux. etc. Je lui ai répondu que je lui écrirai aujourd'hui. Dites cela à Auguste[3].

Des nouvelles ! les voici on dit : qu'il sera fait au tribunat des vœux qui par leur résultat feront qu'il y aura un Sénatus Consulte qui déclarera que la france est gouvernée par un seul avec le titre d'empereur des Gaules[4]. que cet empereur aura le droit de désigner son successeur. qu'il y aura un grand chancelier ; que cette place sera donnée à Cambacérès. que l'administrateur général des finances sera Lebrun[5]. Qu'il y aura deux chambres du gouvernement, une haute composée des dix principaux propriétaires de la france et de trente sénateurs aux appointements de 60 000ll . que la chambre basse ou des communes sera formée d'un nombre de membres égal à celui des départements. qu'il y aura douze grandes cours ou parlements, etc.

Reine[6] parait s'amuser beaucoup. elle voit beaucoup plus de monde qu'elle ne se l'était imaginé. Comme elle se trouve très souvent en société, elle a besoin de plus de toilette… de plus de dépense. je ne connais pas l'état de ses finances mais je crains qu'elle n'ait besoin d'argent. je crois que vous feriez bien d'en remettre un peu à Auguste pour elle. je vous embrasse tous, elle me charge d'en faire de même.

Votre fils C. Duméril

le 17 floréal.


Notes

  1. Le Concordat, signé le 15 juillet 1801, aboutissement des négociations menées entre le pape Pie VII et le Premier Consul Bonaparte, marque le nouveau statut de l’Eglise en France.
  2. Louis Alexandre Berthier est de nouveau ministre de la Guerre depuis octobre 1800. Le département de l’Administration de la Guerre est installé à l’hôtel d’Orsay, rue de Varennes.
  3. Auguste (l’aîné), frère d’André Marie Constant Duméril, a un poste dans l’administration des hôpitaux militaires.
  4. Après la paix d’Amiens, le 8 mai 1802, Cambacérès et Lucien Bonaparte convainquent le Sénat de réélire Bonaparte, par anticipation, pour dix nouvelles années de Consulat ; le vote du Sénat est confirmé par un plébiscite et le Sénat proclame donc le 2 août 1802 Bonaparte premier Consul à vie. Dès le 4 août, la Constitution de l’an X lui donne le droit de désigner son successeur. C’est la dernière étape avant la Constitution de l’an XII qui proclame, le 18 mai 1804 : « Le gouvernement de la République est confié à un Empereur qui prend le titre d’Empereur des Français ».
  5. Charles François Lebrun.
  6. Reine Duméril, sœur d’André Marie Constant.

Notice bibliographique

D’après l’original (il existe également une copie dans le livre des Lettres de Monsieur Constant Duméril, 2ème volume, p. 100-101)

Annexe

Au citoyen Duméril père

Substitut du commissaire du gouvernement

Rue St Rémy n° 4804

Amiens

Pour citer cette page

« Vendredi 7 mai 1802, 17 floréal an X. Lettre d’André Marie Constant Duméril (Paris) à son père François Jean Charles Duméril (Amiens) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Vendredi_7_mai_1802,_17_flor%C3%A9al_an_X&oldid=36092 (accédée le 4 février 2023).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.