Vendredi 7 juillet 1871 (A)

De Une correspondance familiale

Lettre d’Eugénie Desnoyers (Paris) à son époux Charles Mertzdorff (Vieux-Thann)

original de la lettre 1871-07-07 (A).jpg original de l'enveloppe 1871-07-07 (A).jpg


Paris[1]

Vendredi midi

Mon cher Charles

Deux mots à la hâte pour te dire que nous[2] allons bien, que notre petite course à la capitale s'est faite comme je te l'avais écrit, et que nous rentrons ce soir à Montmorency.

Depuis quelques jours maman[3] est assez fatiguée. Le temps est chaud et beau, j'espère qu'elle va se remettre comme tu l'as vue. Papa aussi se ressent des émotions. Hier déjeuner en famille chez Mme Lafisse[4], tout le monde très aimable et me chargeant de mille choses pour toi. J'ai trouvé ma tante Target[5] bien fatiguée, courbée en deux

Voilà Alphonse et Agl[6], je ne veux pas me faire attendre, je je te demande pardon de ne pas rester à causer avec toi je t'écrirai ce soir en détail

Papa s'est occupé des cartes, mais c'est beaucoup plus cher 1 200 F neuf et le reste à l'avenant je te donnerai le détail

Mille bons gros baisers

de ta Nie


Notes

  1. Lettre sur papier deuil.
  2. Eugénie et les deux petites Marie et Emilie Mertzdorff.
  3. Jeanne Target, épouse de Jules Desnoyers.
  4. Constance Prévost, épouse de Claude Louis Lafisse.
  5. Eléonore Pauline Lebret du Désert, veuve de Louis Ange Guy Target.
  6. Alphonse Milne-Edwards et son épouse Aglaé Desnoyers.

Notice bibliographique

D’après l’original

Annexe

Monsieur Ch. Mertzdorff

Vieux-Thann

Haut-Rhin

Pour citer cette page

« Vendredi 7 juillet 1871 (A). Lettre d’Eugénie Desnoyers (Paris) à son époux Charles Mertzdorff (Vieux-Thann) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Vendredi_7_juillet_1871_(A)&oldid=36087 (accédée le 8 août 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.