Vendredi 24 juillet 1874

De Une correspondance familiale

Lettre de Marie Mertzdorff (Paris) à son père Charles Mertzdorff (Vieux-Thann)

original de la lettre 1874-07-24 pages 1-4.jpg original de la lettre 1874-07-24 pages 2-3.jpg


Paris le 24 Juillet 1874

Mon Père chéri,

Si tu étais déjà avec nous tu n’entendrais plus parler que d’une chose c’est <bord de mer> revient sans cesse dans la conversation on fait des quantités de projets et de combinaisons et le nombre des objets que l’on emporte est effrayant, aujourd’hui déjà partent < > caisses par la petite vitesse.

Tante[1] a reçu ce matin ton petit mot dont elle te remercie bien. C’est décidément Jeudi matin que tu arrives, quel bonheur ! juste pour saluer nos vacances puisque Mercredi 29 <aura> lieu le dernier cours[2].

Je ne suis pas sortie aujourd’hui non plus qu’hier ayant un peu mal à la gorge mais et je suis comme toi au régime de l’alun seulement en gargarisme. Du reste ce ne sont que deux ou trois petits aphtes et je pense bien que demain il n’y paraîtra plus. J’attribue ce petit refroidissement au changement de temps de Mardi. Mais à propos mon père chéri que je te parle un peu de notre promenade à Versailles où nous nous sommes tant amusées. Nous partîmes d’ici à 8h ½ pour aller à la gare St Lazare où nous retrouvions Mme Buffet[3]. à Versailles nous avons pris deux voitures (car Marthe, Jacques[4], la bonne anglaise, Philippe[5] et sa bonne nous avaient accompagnées) et nous avons été d’abord au petit Trianon.

C’est excessivement joli c’était l’habitation de Marie Antoinette lorsqu’elle voulait se retirer du château, tout a été remis comme cela se trouvait de son temps. Nous avons même vu le petit théâtre où elle jouait elle-même. Le parc est splendide.

Nous avons été ensuite au Grand Trianon habitation de Napoléon et bâti par Louis XIV. C’est beaucoup plus somptueux mais moins à mon goût.

Nos voitures nous ont conduit alors au château à la présidence où nous avons déjeuné avec M. Buffet dans le petit salon de Mme de Maintenon entourés de laquais. Après le repas nous avons visité le château puis nous avons été à cette fameuse chambre. Cela n’est pas comme je le pensais, mon cousin[6] ne présidait pas étant enrhumé. La séance n’était pas très intéressante mais nous avons du moins fait connaissance avec plusieurs de ces messieurs.

Enfin nous n’étions ici qu’à 7h moins le quart. Hier nous n’avons rien fait d’extraordinaire, aujourd’hui il a plu une grande partie de la journée je ne suis pas sortie tante a rangé toute la journée, Emilie[7] a été jouer chez Mme Pavet[8]. Je viens de prendre ma dernière leçon de Mme Lima[9].

Cette dernière semaine j’ai pas mal à faire surtout des récapitulations.

Emilie te fait dire qu’elle est comme folle et qu’elle voudrait faire avancer les jours pour être à Jeudi où tu arriveras où elle entrera en vacances et tout près de notre départ. Oncle[10] espère venir nous rejoindre plus tôt qu’il ne l’avait pensé. Il ne le sera néanmoins que le Samedi le 5 août.

Que je te dise adieu maintenant mon petit papa chéri, car j’ai trop causé et je crois que j’ai dépassé l’heure de la petite poste je t’embrasse comme je t’aime

Ta fille

Marie

Amitiés de tout le monde et à tout le monde.


Notes

  1. Aglaé Desnoyers, épouse d’Alphonse Milne-Edwards.
  2. Cours des dames Boblet-Charrier.
  3. Marie Pauline Louise Target, épouse de Louis Joseph Buffet.
  4. Marthe et Jacques Buffet.
  5. Philippe Buffet, leur petit frère.
  6. Louis Joseph Buffet.
  7. Emilie Mertzdorff, sœur de Marie.
  8. Louise Milne-Edwards, veuve de Daniel Pavet de Courteille.
  9. Mme Lima, professeur d’allemand.
  10. Alphonse Milne-Edwards.

Notice bibliographique

D’après l’original

Pour citer cette page

« Vendredi 24 juillet 1874. Lettre de Marie Mertzdorff (Paris) à son père Charles Mertzdorff (Vieux-Thann) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Vendredi_24_juillet_1874&oldid=42567 (accédée le 7 août 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.