Vendredi 23 et samedi 24 septembre 1864

De Une correspondance familiale

Lettre d’Eugénie Desnoyers, épouse de Charles Mertzdorff (Vieux-Thann) à sa sœur Aglaé, épouse d’Alphonse Milne-Edwards (Paris)

Original de la lettre 1864-09-23-pages1-4.jpg Original de la lettre 1864-09-23-pages2-3.jpg


Vieux-Thann  23 7bre 64

Ma chère petite Gla,

Tu peux être tranquille, ta lettre est brûlée et je comprends si bien ton désir que je te prie d'en faire autant de celle-ci comme de sa sœur aînée. Elles se détruisent l'une l'autre, c'est à dire que mes confidences d'aujourd'hui l'emportent sur les dernières. Il n'est plus question de rien, si réellement question était comme nous l'avons cru[1] ; certaine chose est venue avant-hier, assez fort ; j'ai été très souffrante hier, et maintenant, je suis un peu chose ; tu connais cela, je me repose encore, car aujourd'hui je ne serais pas capable de faire la promenade de la montagne qui a, je crois, amené ce petit détraquement dans ma santé.

Mais assez parlé de moi, c'est à toi que je pense, ma Chérie ; ta bonne lettre de l'autre jour m'a fait bien plaisir car je te retrouve toute entière, mais ça me chagrine de te voir ainsi découragée ; il faut tâcher de te remonter ; c'est facile à dire, me diras-tu, mais quand on se sent mal entrain, fatiguée, oh alors on ne voit plus les choses en beau et on exagère le petit point noir. C'est vrai, ma Chérie, aussi moi je ne te sermonne pas là-dessus, tu sais bien tout ce que tu as de bon en partage, et je te dis seulement de ne pas te décourager et que ce que nous te souhaitons tous pourra bien t'arriver[2], continue à te ménager, c'est le principal. Maman[3] doit bien te manquer, je te plains d'être privée de notre chère famille, je suis sûre que leur retour te fera du bien. Je viens de recevoir une lettre de Julien[4], tout le monde va bien. Je ne sais si une fois remise, Charles[5] voudra bien m'emmener à Ancy comme nous en avions formé le projet, pour cela il faut que je sois tout à fait bien, et en ce moment je suis encore fatiguée.

Samedi matin 11 h

Encore un petit bonjour, ma Chérie, avant de donner le vol à ce griffonnage, qui te portera mes amitiés, mes tendresses et te dira mes misères et mes ennuis dont je ne dois pas me plaindre puisque je me retrouve bien et que j'ai mes deux fillettes[6] qui réclament mes soins. Mimi m'appelle à son secours, en ce moment, parce que pour son charme , Cécile[7] la débarbouille trop bien.

Où en est Alphonse[8] de ses travaux ? Pour quand ses examens ? L'air de la mer lui a-t-il fait du bien[9] ? Et Cécile Dumas[10], en avez-vous toujours de bonnes nouvelles ? Cécile de Sacy[11], comment va-t-elle ? Combien a-t-elle de baby ? est-ce qu'il n'était pas question d'un quand je suis partie ?

Je n'ai reçu de lettres de personne de la famille. J'ai écrit à MmeClavery[12] pour la nomination de Paul, et à Constance[13] et ces dames ne m'ont pas répondu. J'ai écrit à Amélie[14] et à Mme Bidault. Il faut que j'écrive à Bathilde[15] et à Marie[16], ce n'est pas encore fait.

Jeudi nous aurons notre distribution de prix des garçons, le maître d'école[17] veut que ce soit tout à fait solennel. Ce qui a été très gentil, c'est la distribution de récompenses à la salle d'asile.

Adieu, ma Chérie, je t'embrasse très beaucoup fort

amie Eugénie

Demain un anniversaire[18] que je n'oublie pas et qui me fait te souhaiter continuation de ce que tu as de bon et encore ce que tu désires.


Notes

  1. Eugénie Desnoyers pensait être enceinte.
  2. Aglaé Desnoyers espère et attend d’être enceinte.
  3. Jeanne Target ; elle est à Ancy-le-Franc avec son époux Jules Desnoyers.
  4. Julien Desnoyers, frère d’Eugénie et Aglaé.
  5. Charles Mertzdorff, époux d’Eugénie Desnoyers.
  6. Marie (Mimi) et Emilie Mertzdorff, filles du premier mariage de Charles.
  7. Cécile, domestique affectée au service des fillettes.
  8. Alphonse Milne-Edwards, époux d’Aglaé Desnoyers.
  9. Aglaé revient d’un séjour à Cayeux-sur-Mer.
  10. Cécile Milne-Edwards, épouse d’Ernest Charles Jean Baptiste Dumas et belle-sœur d’Aglaé.
  11. Cécile Audouin, épouse d’Alfred Silvestre de Sacy, est une amie. Elle a eu 3 enfants : Rachel (née en 1861), Cécile (1862-1863), Gabriel (né en 1863) ; Mathilde Silvestre de Sacy naîtra en juin 1865.
  12. Amica Le Roy de Lisa, veuve d’Amédée Clavery et mère de Paul.
  13. Constance Prévost, épouse de Claude Louis Lafisse, est une cousine.
  14. Probablement Amélie Desmanèches, épouse d’Emile Delapalme, amie.
  15. Bathilde Prévost, épouse d’Alphonse Duval, cousine.
  16. Probablement Marie Pauline Louise Target, épouse de Louis Joseph Buffet, cousine.
  17. Michel Flach.
  18. Anniversaire du mariage d’Aglaé Desnoyers en 1862.

Notice bibliographique

D’après l’original

Pour citer cette page

« Vendredi 23 et samedi 24 septembre 1864. Lettre d’Eugénie Desnoyers, épouse de Charles Mertzdorff (Vieux-Thann) à sa sœur Aglaé, épouse d’Alphonse Milne-Edwards (Paris) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Vendredi_23_et_samedi_24_septembre_1864&oldid=35913 (accédée le 15 août 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.