Vendredi 22 novembre 1878 (A)

De Une correspondance familiale


Lettre de Marie Mertzdorff (Paris) à son père Charles Mertzdorff (Vieux-Thann)


original de la lettre 1878-11-22A pages 1-4.jpg original de la lettre 1878-11-22A pages 2-3.jpg


Paris 22 Novembre 78.

Mon Père chéri, Voilà enfin mon tour de t’écrire il me semble qu’il y a bien longtemps que cela ne m’est arrivé aussi est-ce avec joie que je viens auprès de toi aujourd’hui quoique n’ayant autre chose à te dire que beaucoup d’amitiés car tout est au calme plat. M. Edwards[1] avait dû partir hier soir pour Arcachon[2], tu sais qu’il ne craint pas les voyages et qu’il s’y décide rapidement mais il faut qu’il soit Lundi à la séance de l’Institut et vraiment cela ne valait pas la peine de tant de fatigue par le froid.
Depuis 2 jours nous avons un temps bien désagréable, il fait froid, brumeux, il pleuvote sans cesse les rues sont mouillés et grasses sans ce soit de la vraie boue mais il est très difficile d’y marcher et surtout très ennuyeux.

Hier nous avons eu le cours de physique qui nous a paru assez difficile mais très amusant tout de même ; c’était sur la pesanteur, la vitesse des corps, l’espace qu’ils parcourent, le centre de gravité. Nous y retrouvons toujours les demoiselles Fernet[3] qui sont très gentilles et qui suivent assidûment le cours de leur père[4]. Demain nous commençons la géographie ce qui nous ravit car tu sais que nous avons un grand faible pour Mlle Kleinhans[5].

Ce soir Emilie[6] va chanter aux chœurs et moi pendant ce temps j’irai à mon grand bonheur voir Paulette[7] qui est bien triste et qui m’a suppliée d’y aller.

A-t-on des nouvelles de Jules[8] ? Sais-tu s’il s’acclimate bien à sa vie de Saint-Cyrien et s’il n’est pas trop malheureux ?

Vois-tu souvent tante Marie[9] et la petite Mimi (car tu sais que la génération des Mimi se succède à Vieux-Thann). La grande Mimi[10] me charge de te dire qu’elle va bien, qu’elle a un grand corps et de longues jambes, qu’elle a une robe de dame avec une petite queue comme jadis elle s’en faisait une avec le mantelet de sa maman[11], qu’elle a enfin de loin l’air imposant et majestueux d’une demoiselle, que la grande Mimi va avoir 20 ans, mais elle se demande ce qui peut remplir sa grosse tête, son grand corps et sa longue robe, car c’est toujours la petite Mimi qui habite ces vastes appartements et dame, la petite Mimi, tu la connais pauvre petite ! elle n’a guère l’air d’une demoiselle ; elle aime beaucoup jouer à faire le bébé, elle n’a pas beaucoup de bonnes idées et a un talent remarquable pour faire des bêtises ; il y a 10 ans elle sautait sur les tas de boue fraîche pour voir si cela enfoncerait, la semaine dernière (elle le dit tout bas) elle a trempé son doigt dans l’encrier pour voir si il y avait encore beaucoup d’encre et le pauvre doigt a rapporté des traces prouvant qu’il y avait de quoi écrire encore bien des lettres ! Si tu connaissais un remède capable de faire pousser très rapidement les enfants tu serais bien gentil de le lui l’envoyer car elle est vraiment honteuse de diriger si mal sa grande carcasse.

D’après tes lettres je vois que les Georges[12] sont tout à fait installés et qu’ils ont fort bien arrangé leur appartement qui du reste annonçait déjà d’être très gentil quand nous l’avons vu.

Adieu, mon Père chéri, je t’embrasse comme je t’aime c’est à dire de toutes mes forces.
ta fille qui pense bien à toi,
Marie


Notes

  1. Henri Milne-Edwards.
  2. Arcachon où se trouve sa fille Cécile, épouse d’Ernest Charles Jean Baptiste Dumas.
  3. Probablement les deux aînées : Jeanne Pauline et Angélique Émilie Marguerite Victoire Fernet.
  4. Emile Fernet.
  5. Caroline Kleinhans.
  6. Emilie Mertzdorff, sœur de Marie.
  7. Paule Arnould.
  8. Jules Heuchel.
  9. Marie Stackler, épouse de Léon Duméril et mère d’Hélène Duméril (« Mimi »).
  10. Marie Mertzdorff elle-même.
  11. Eugénie Desnoyers (†), seconde épouse de Charles Mertzdorff.
  12. Georges Duméril et son épouse Maria Lomüller.

Notice bibliographique

D’après l’original

Pour citer cette page

« Vendredi 22 novembre 1878 (A). Lettre de Marie Mertzdorff (Paris) à son père Charles Mertzdorff (Vieux-Thann) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Vendredi_22_novembre_1878_(A)&oldid=35907 (accédée le 9 août 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.