Vendredi 20 juillet 1894

De Une correspondance familiale



Lettre d'Alphonse Milne-Edwards (Paris) à sa nièce Marie Mertzdorff, épouse de Marcel de Fréville (château de Livet dans l'Orne ?)


Fs1894-07-20 pages1-4 Alphonse.jpg Fs1894-07-20 pages2-3 Alphonse.jpg


20 Juillet 1894[1]

Chère fille

Je me suis occupé de ton neveu Louis de la Serre[2] et j’ai eu de bons renseignements sur ses épreuves de sortie. En ce moment il est classé le 16e et il est probable qu’il gardera ce rang. Dans ces conditions il serait sûr d’arriver à l’école forestière ; c’est, je crois, son objectif.

Les progrès de notre malade[3] sont bien lents, il lui est impossible de mettre le pied à terre et elle ne quitte son lit que pour gagner une chaise longue, son appétit ne revient pas et je prévois encore bien des jours avant qu’elle reprenne son activité. C’est bien pénible pour elle, surtout à cette époque de l’année où Paris est à peu près vide. Quand pourrons-nous partir pour Launay ? Je n’ose trop le dire d’avance. Nous avons de bonnes nouvelles de Marthe[4] et tout se passe bien à Nogent sauf les petites difficultés que le mariage de Clotaire[5] va annoncer. Madame Ricard qui était à Launay depuis une quinzaine a dû partir Vendredi. Quant à Émilie[6] la voilà à Brunehautpré toujours gaie et contente. Elle doit cependant sentir souvent la fatigue, avec toutes ses charges anciennes et nouvelles. La décoration de Damas[7] est venue leur apporter un peu de joie et il paraît que c’est Jacques[8] qui a ressenti le plus vivement les choses.

Tu peux dire à ton mari[9] que j’ai causé avec M. Grandidier[10] de ce qui s’était passé à l’époque où M. Vergé[11] avait quitté le Conseil d’état. Ce qu’il m’a dit n’a pas modifié ma manière de voir. Je vous le raconterai lorsque je vous verrai et en ce moment je dois me contenter de t’embrasser de loin ainsi que tous tes petits[12].

AME


Notes

  1. Lettre sur papier deuil.
  2. Louis Barbier de la Serre, 21 ans.
  3. Cécile Milne-Edwards, veuve d'Ernest Charles Jean Baptiste Dumas.
  4. Marthe Pavet de Courteille, épouse de Jean Dumas ; elle est enceinte de son 4e enfant, Georges Dumas, qui naîtra le 18 octobre 1894.
  5. Clotaire Ducatel, cocher à Launay, va épouser Joséphine Baron.
  6. Émilie Mertzdorff, épouse de Damas Froissart. Elle est enceinte de son 6e enfant, Louis Froissart, qui naîtra le 22 février 1895.
  7. Damas Froissart est Chevalier de la Légion d'honneur.
  8. Jacques Froissart, 10 ans.
  9. Marcel de Fréville.
  10. Alfred Grandidier.
  11. Charles Vergé, fils de Charles Henri Vergé (beau-père d'Alfred Grandidier).
  12. Marie est mère de Jeanne, Robert, Charles, Marie Thérèse et Françoise de Fréville.

Notice bibliographique

D’après l’original.


Pour citer cette page

« Vendredi 20 juillet 1894. Lettre d'Alphonse Milne-Edwards (Paris) à sa nièce Marie Mertzdorff, épouse de Marcel de Fréville (château de Livet dans l'Orne ?) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Vendredi_20_juillet_1894&oldid=53772 (accédée le 13 août 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.