Vendredi - août 1863

De Une correspondance familiale


Lettre d’Eugénie Desnoyers (Montmorency) à sa sœur Aglaé, épouse d’Alphonse Milne-Edwards (Paris)



Vendredi Midi[1]

Ma petite Gla chérie,

Un petit mot de nous te fera plaisir je n’en doute pas aussi je n’attends pas à Lundi pour te dire que nous pensons bien à toi et à ton bon mari[2]. C’est un amour !! Tu dois trouver que je parle comme un ange ! Je savais bien qu’il ne laisserait pas sa petite femme pour n’importe quelle distraction !… aussi je suis partie tranquille de ce côté-là.

Pour la visite de M. Dewulf je t’avouerai que sa défense ne nous étonne pas. Maman[3] me charge de te dire qu’elle est contente que tu te soignes complètement ; elle comprend bien tout ce que cela a d’ennuyeux pour toi, mais plus tu seras raisonnable plus vite arrivera la guérison, aussi fais bien tout ce qu’on te dit.

Ton mari est si affectueux pour sa petite femme qu’à cause de lui il ne faut pas te plaindre. Mais je n’ai pas envie de sermonner car tu me parais un exemple de courage digne d’admiration.

Nous arriverons Lundi et te donnerons tout le temps possible. Si tu vous pouviez venir dîner à la maison ce serait gentil car c’est l’habitude de souhaiter la fête de maman la veille du 25 et nous arriverons avec fleurs et fruits. Je ne dis rien à maman de l’invitation que je vous fais.

Constance[4] m’a écrit, elle quitte <Quinq.p.> ce matin et sera ce soir ici elle restera jusqu’à Dimanche soir. J’ai écrit à Marie Buffet[5] à <Agen>. J’attends Amélie[6] aujourd’hui, je ne suis pas habillées je n’ai pas déjeuné, il est midi.

Adieu, ma petite Chérie, je t’embrasse bien fort pour maman et moi. Dis bien à papa[7] de se ménager et veille sur lui. Embrasse-le de notre part. Notre Julien[8] repasse toujours. J’ai bon espoir.

Adieu Mille amitiés

Ta sœur et meilleure amie

Eugénie


Notes

  1. Il s’agit possiblement du vendredi 21 août : cette lettre non datée se situe alors que Julien révise l’examen qu’il doit passer les 24-26 août.
  2. Alphonse Milne-Edwards.
  3. Jeanne Target, épouse de Jules Desnoyers.
  4. Constance Prévost, épouse de Claude Louis Lafisse et cousine d’Eugénie et Aglaé.
  5. Marie Pauline Louise Target, épouse de Louis Joseph Buffet et cousine d’Eugénie et Aglaé.
  6. Amélie Desmanèches, épouse d’Emile Delapalme.
  7. Jules Desnoyers.
  8. Julien Desnoyers, jeune frère d’Eugénie et Aglaé.

Notice bibliographique

D’après l’original

Pour citer cette page

« Vendredi - août 1863. Lettre d’Eugénie Desnoyers (Montmorency) à sa sœur Aglaé, épouse d’Alphonse Milne-Edwards (Paris) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Vendredi_-_ao%C3%BBt_1863&oldid=56530 (accédée le 7 février 2023).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.