Vendredi - été 1863

De Une correspondance familiale

Lettre d’Eugénie Desnoyers (Launay près de Nogent-le-Rotrou) à sa sœur Aglaé, épouse d’Alphonse Milne-Edwards (Paris)


Original de la lettre1863- été-vendredi-pages1-4.jpg Original de la lettre1863- été-vendredi-pages2-3.jpg


Vendredi 6 h

Ma petite Gla,

Nous rentrons d'une grande promenade et pendant que Mme Boulez[1] se repose je viens te faire ma petite visite

Ta lettre de ce matin nous a fait grand plaisir, je l'attendais, mais ce qui nous désole c'est que tu souffres. Comme tu dis le manque d'air peut ajouter au malaise général mais il n'y a pas moyen d'y remédier puisqu'il ne faut pas que tu bouges ; il te faut donc du courage et puis tu es dans de meilleures conditions pour te soigner, ainsi ce n'est que de la patience tu seras bien récompensée de ta raison lorsque tu auras retrouvé tes forces sans parler du reste.

Ici notre temps se passe, comme tu sais, soit auprès de Mme Boulez, soit dans notre chambre, soit en promenade, soit à table. Je n'ai encore absolument rien fait, J'ai voulu dessiner, mais c'est la pluie en trop, le soleil en moins, la cloche qui sonne, le vent, que sais-je et cependant Julien[2] et moi sommes toujours suivis de papier et de crayons c'est comme St Roch et son chien[3], enfin nous n'avons encore que 2 malheureux croquis. Julien essaie en ce moment de faire une rose à l'aquarelle.

Hier Mme Boulez nous a montré une partie des albums de M. Boulez elle recherchait les dessins d'Ancy-le-Franc[4]. Elle a toute sa présence d'esprit et parle, comme autrefois de ses lectures ; elle est bien la maîtresse chez elle, et ses domestiques[5] la soignent admirablement, mais ce qu'il y a de triste c'est que son mal augmente à ce que nous a dit Louise.

Ta présence me manque, je ne m'ennuie pas, mais je ne m'amuse pas. Julien est ma petite compagnie et ensemble nous essayons de nous tenir lieu de camarades.

Nous lisons le Pirate de Scott[6]. Je vais commencer la petite < >, je te remercie de m'avoir envoyé si promptement la laine, tu es bien gentille d'avoir envoyé Marie[7].

Maman[8] me paraît mieux, jusqu'ici elle n'a pris aucune fatigue et aujourd'hui elle n'a fait qu'une partie de la promenade, elle est restée sur un chêne en face la petite maison des Renardières.

Comme maman t'écrit j'arrête là ma causerie. Adieu ma bonne chérie je t'embrasse bien tendrement sœur amie

Eug D

Une petite fougère du ruisseau. Papa[9] et Julien t'embrassent

J'espère que l'indisposition de Cécile[10] n'aura pas de suite, elle se fatigue trop.

Notes

  1. Louise Elisabeth Morizot, veuve de Léonard Boulez, habite près de Nogent-le-Rotrou.
  2. Julien Desnoyers, jeune frère d’Eugénie.
  3. Saint Roch est généralement représenté avec son chien, dont il est inséparable.
  4. Alfred Desnoyers, frère aîné d’Eugénie et Aglaé, est ingénieur à Ancy-le-Franc.
  5. Ambroise Brouard, son épouse Louise Gohier et, possiblement, Marie Louise Dieu.
  6. Le Pirate, de Walter Scott (1771-1832), roman historique paru en 1821 et traduit en 1822, connaît plusieurs éditions ensuite.
  7. Marie, domestique chez les Desnoyers.
  8. Jeanne Target, épouse de Jules Desnoyers.
  9. Jules Desnoyers.
  10. Cécile Milne-Edwards, épouse d’Ernest Charles Jean Baptiste Dumas et belle-sœur d’Aglaé.

Notice bibliographique

D’après l’original

Pour citer cette page

« Vendredi - été 1863. Lettre d’Eugénie Desnoyers (Launay près de Nogent-le-Rotrou) à sa sœur Aglaé, épouse d’Alphonse Milne-Edwards (Paris) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Vendredi_-_%C3%A9t%C3%A9_1863&oldid=56532 (accédée le 15 août 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.