Septembre 1878

De Une correspondance familiale

Lettre d’Adèle Devot, épouse de François Hervouët (Etreux, Aisne) à sa cousine (Paris)

original de la lettre d'Adèle Devot-Hervouët 1878 page 1.jpg original de la lettre d'Adèle Devot-Hervouët 1878 pages 2-3.jpg


Ma chère Cousine,[1]

Mon mari et moi avons bien regretté de ne pouvoir aller vous dire adieu avant notre départ, nos deux derniers jours à Paris ont été tellement affairés qu'il nous a été impossible de faire tout ce que nous voulions. Je suis si heureuse, ma chère Cousine[2] d'avoir fait votre connaissance et je vous suis si reconnaissante de l'amitié que vous avez bien voulu me témoigner à moi et à mon mari, François en a été profondément touché et me charge de vous le dire en vous assurant ainsi que mon cousin de ses affectueux sentiments.

A mon arrivée à Etreux j'ai trouvé le beau et utile volume que vous avez eu la bonté d'envoyer à mon adresse, je vous remercie de tout cœur, ma chère Cousine, il sera non seulement un ornement pour notre bibliothèque mais un conseiller que j'aurai bien du plaisir à feuilleter souvent.

Je vous embrasse affectueusement ma chère Cousine, tous[3] ici se joignent à moi pour vous envoyer d'affectueux souvenirs.
Votre petite cousine
Adèle Hervouët


Notes

  1. Papier à monogramme « A». Cette lettre est à situer peu de temps après le mariage d’Adèle Devot avec François Hervouët.
  2. Possiblement Aglaé Desnoyers épouse d’Alphonse Milne-Edwards.
  3. Probablement les parents d’Adèle Devot-Hervouët : Clémentine Declercq et son époux Félix Devot.

Notice bibliographique

D’après l’original

Pour citer cette page

« Septembre 1878. Lettre d’Adèle Devot, épouse de François Hervouët (Etreux, Aisne) à sa cousine (Paris) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Septembre_1878&oldid=35694 (accédée le 7 février 2023).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.