Samedi 9 novembre 1811

De Une correspondance familiale

Lettre d’André Marie Constant Duméril (Paris) à ses parents François Jean Charles Duméril et Rosalie Duval (Amiens)

Original de la lettre 1811-11-09-page1.jpg Original de la lettre 1811-11-09-page2.jpg Original de la lettre 1811-11-09-page3.jpg


N° 208

Paris le 9 novembre 1811

Mes chers parents, je suis arrivé hier soir très bien portant de mon long voyage[1]. je suis allé jusqu’à Brest – je suis passé par Quimper, Vannes Lorient – je suis resté près de 10 jours à Nantes chez mon beau-frère[2] et quatre jours à Angers où j’ai été extrêmement occupé voulant terminer promptement pour être ici comme je l’avais promis. nous avons voyagé les deux dernières nuits et par une pluie continuelle depuis le Mans jusqu’à paris. c’est la seule fois que nous ayons été mouillés en route mais elle pouvait compter. ma voiture était excellente nous y étions très commodément mais il était temps que nous arrivassions l’eau nous gagnait et il n’aurait pas fallu que la vache y eut été exposée plus longtemps. nous n’avons rien perdu ni gâté. j’ai trouvé ma femme[3] et mon petit parfaitement. j’ai été extrêmement content de son développement au Physique et au moral vous aurez su quelles vives inquiétudes il a donné pour sa santé. il a été pris de la même dysenterie qui nous a enlevé notre aimable Caroline[4]. heureusement je n’ai appris cette affection que lorsqu’il n’y avait plus la moindre inquiétude car on n’en a eu que pendant cinq jours. Le Cousin Dumont[5] et sa femme qui ont eu les plus grandes attentions pour la mienne pendant mon absence lui ont appris le peu d’espoir qu’il y avait pour le replacement de mon père et la sorte de certitude de son traitement de réforme. c’est une chose qui m’a fait bien de la peine d’autant plus que la personne qu’on met là est un honnête homme mais c’est tout ce qu’on peut dire de mieux en sa faveur.

j’ai appris à Angers la catastrophe de Monsieur Paruit. sa femme était à amiens je ne suis pas assez lié avec le mari pour n’avoir pas craint de le gêner par ma visite.

je n’ai vu encore personne que les parents de ma femme[6] chez lesquels j’ai soupé hier mais j’ai voulu vous dire que je ne me ressens en aucune manière du rhume qui m’avait fatigué si longtemps. on me trouve engraissé mais c’est si peu de chose ! au moins je ne suis pas maigri. je vous embrasse tous très tendrement. Desarbrets, Reine, montfleury[7], et vous mes bons parents.

Veuillez faire donner de mes nouvelles à M. Fauchon et à M. Barbier.


Notes

  1. André Marie Constant Duméril était en tournée de jurys de médecine.
  2. Michel Delaroche.
  3. Alphonsine Delaroche, mère de Louis Daniel Constant Duméril.
  4. Caroline Duméril (l’aînée), née en 1807, est morte début septembre 1811.
  5. Charles Dumont de Sainte-Croix et son épouse Rosalie Rey.
  6. Daniel Delaroche et son épouse Marie Castanet.
  7. Joseph Marie Fidèle dit Désarbret et Florimond dit Montfleury (l’aîné), frères d’AMC Duméril ; Reine, leur sœur.

Notice bibliographique

D’après l’original (il existe également une copie dans le livre des Lettres de Monsieur Constant Duméril, 3ème volume, p. 74-75)

Pour citer cette page

« Samedi 9 novembre 1811. Lettre d’André Marie Constant Duméril (Paris) à ses parents François Jean Charles Duméril et Rosalie Duval (Amiens) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Samedi_9_novembre_1811&oldid=35686 (accédée le 26 juin 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.