Samedi 5 juin 1869 (A)

De Une correspondance familiale

Lettre d’Eugénie Desnoyers (Paris) à son époux Charles Mertzdorff (Vieux-Thann)


Samedi 5 h 3/4

Nous voici à Paris, et avant de nous débarbouiller pour aller dîner chez les Edwards[1], je veux te dire que nous avons fait très bon voyage, que nous arrivons par un temps splendide, que nous avons laissé tout à  Launay en bon état ; qu'il n'y a pas eu d'ennuis particuliers et que c'était plus joli que jamais ; que ça n'empêche pas que c'est avec bonheur que nous rentrerons à Vieux-Thann.

Ton programme me parait excellent, et je n'ai rien de particulier à faire à Paris ainsi tu nous feras grand plaisir en nous venant Lundi Mardi matin et en nous donnant 8 jours à Paris avant de repartir tous.

Maman[2] est bien.

Julien[3] rentre de passer encore un bon examen.

Alfred[4] avait envoyé une dépêche disant qu'il arriverait peut-être demain matin, mais en voici une contraire. J'espère que ce sera pour l'autre Dimanche et alors il te verrait et vous pourriez, chacun à votre point de vue déplorer les charmes de l'industrie.

Pour la maison fais pour le mieux ; et comme tu pourras.

Si cela se peut il serait préférable que ce soit les enfants[5] et Cécile[6] qui déménagent l'armoire de joujoux.

Adieu, Ami chéri, Mille tendresses de ta petite femme


Notes

  1. La famille Milne-Edwards.
  2. Jeanne Target, épouse de Jules Desnoyers.
  3. Julien Desnoyers.
  4. Alfred Desnoyers.
  5. Marie et Emilie Mertzdorff.
  6. Cécile, bonne des petites Mertzdorff.

Notice bibliographique

D’après l’original

Annexe

Monsieur Charles Mertzdorff

Vieux-Thann

Haut-Rhin

Pour citer cette page

« Samedi 5 juin 1869 (A). Lettre d’Eugénie Desnoyers (Paris) à son époux Charles Mertzdorff (Vieux-Thann) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Samedi_5_juin_1869_(A)&oldid=35615 (accédée le 14 août 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.