Samedi 30 novembre 1878

De Une correspondance familiale


Lettre de Marie Mertzdorff (Paris) à son père Charles Mertzdorff (Vieux-Thann)


original de la lettre 1878-11-30 pages 1-4.jpg original de la lettre 1878-11-30 pages 2-3.jpg


Paris 30 Novembre 78.

Mon cher Papa,

Je viens de terminer mon devoir de géographie mais qui était bien plutôt un devoir d’astronomie et je t’assure que j’ai bien regretté de ne pas t’avoir à côté de moi car je sais que tu es très fort sur toutes les découvertes modernes et tu m’aurais joliment aidée. Je trouve cela bien intéressant, mais c’est trop grand je trouve qu’on se perd à penser à tout cela et on finit vraiment par se trouver trop petit devant tous ces mondes. Hier soir nous avons un peu cherché à reconnaître quelques étoiles mais il faudrait déjà connaître les principales pour s’y bien retrouver.

Nous avons reçu avant-hier ta bonne lettre adressée à Emilie[1], depuis rien de particulier ne s’est passé ici ; nous allons tous parfaitement bien, feu mon rhume est enterré depuis longtemps, c’est de l’histoire ancienne ainsi que ceux de toute la maison ; M. Edwards[2] seul a un peu mal à l’estomac et n’est pas très en train depuis quelques jours.

Les nouvelles d’Arcachon[3] sont bonnes malgré le mauvais temps qu’ils ont toujours. Dans la famille tout le monde va bien ; nous avons vu Mme P. Target[4] Mardi dernier et entre parenthèse, elle a même offert à Emilie et à tante[5] des places pour le Conservatoire le mois prochain au grand bonheur de ma sœur. Louis Target est maintenant en garnison au Havre de sorte qu’il peut venir sans cesse à Paris et aller à Bourguignolles. Des Buffet[6] on n’entend point parler, la petite famille Clavery[7] se porte à merveille ils ne sont pas encore revenus de la campagne. Je ne sais si nous t’avons dit que les propriétés de Mme Prévost[8] sont vendues : le parc de Montmorency 113 000F et Harmenon que Mme Lafisse[9] a racheté 220 000F. C’est très peu comme tu vois car la ferme d’Harmenon rapporte 10 000F.

Hier j’ai passé une bien bonne journée ; je suis retournée pour la 1ère fois chez M. Flandrin[10] et j’ai eu une bosse [ ] Mlle de Longueil comme elle ne vient aussi que le Vendredi on nous la laissera tout le temps nécessaire. Nous nous trouvions dans la salle à manger avec une demoiselle qui faisait son portrait dans une glace (un portrait à l’huile) et qu’elle l’a vraiment très bien réussi ; mais c’est assez singulier de se contempler ainsi soi-même et de se faire des petites mines cela ne me plairait pas du tout.
Pour terminer une journée si agréablement commencée tante m’a déposée à 4h chez Paulette[11] où je suis restée tout le temps du cours de chant. C’est toujours pour moi un immense plaisir que d’aller voir Paule je l’aime énormément et nous nous comprenons si bien. C’est bien une vraie vraie amie comme il est rare d’en avoir. Cette pauvre fille est toujours bien souffrante, depuis une semaine elle est condamnée à une immobilité complète cependant hier je l’ai trouvée mieux. Elle travaille beaucoup, on vient beaucoup la voir et elle ne s’ennuie pas.

Je vais te quitter pour étudier mon piano, mon Père chéri, et j’ai bien peur que nous ne soyons forcées de sortir avant que je n’aie pu dessiner car nous avons cette après-midi la géographie et l’anglais. La petite Foussé[12] vient d’avoir une petite pleurésie mais elle va mieux. Charlotte Vaillant est également remise.

Adieu, mon Papa chéri, chéri, je t’embrasse aussi fort que je peux et je jette mes bras de poulpe autour de ton cou.
Ta fille Marie


Notes

  1. Emilie Mertzdorff, sœur de Marie.
  2. Henri Milne-Edwards.
  3. Arcachon où se trouvent Cécile Milne-Edwards, épouse d’Ernest Charles Jean Baptiste Dumas, et son fils Jean Dumas.
  4. Victorine Duvergier de Hauranne, épouse de Paul Louis Target et mère de Louis.
  5. Aglaé Desnoyers, épouse d’Alphonse Milne-Edwards.
  6. La famille de Marie Pauline Louise Target et son époux Louis Joseph Buffet.
  7. La famille de Paul Clavery et son épouse Marie Philiberte Ferron.
  8. Amable Target (†), veuve de Constant Prévost.
  9. Probablement Constance Prévost, épouse de Claude Louis Lafisse.
  10. Paul Flandrin.
  11. Paule Arnould.
  12. Geneviève Foussé, fille Frédéric Foussé et Céline Silvestre de Sacy.

Notice bibliographique

D’après l’original

Pour citer cette page

« Samedi 30 novembre 1878. Lettre de Marie Mertzdorff (Paris) à son père Charles Mertzdorff (Vieux-Thann) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Samedi_30_novembre_1878&oldid=53945 (accédée le 7 août 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.