Samedi 23 septembre 1865 (B)

De Une correspondance familiale


Lettre d’Eugénie Desnoyers et de son époux Charles Mertzdorff (en voyage en Suisse) à leur fille Emilie Mertzdorff (Vieux-Thann)


Original de la lettre 1865-09-23(B).jpg


HÔTEL BYRON PRÈS VILLENEUVE1

Ma chère petite Founichon

Je ne veux pas que Mimi[1] ait une lettre, sans que toi aussi tu n’aies un petit bonjour & un gros bec de ton papa[2] & maman. Nous pensons & parlons toujours de nos deux petites filles que nous voudrions avoir avec nous.

Je sais que tu es toujours très sage avec bonne-maman[3], tante[4] & Cécile[5] & que nous ne trouverons que des excellents. Je t’embrasse bien & te prie d’embrasser tante & bonne-maman.

J’embrasse aussi bien fort ma petite Founi et la charge de dire à Marie[6] de donner les chaussettes de papa à laver à la femme Fresh[7] et de remonter dans la bibliothèque la carte des Vosges restée dans le billard.

Adieu, Mes Chéries,

A bientôt

Hôtel byron

23 7bre 1865

Samedi


Notes

  1. Marie Merztdorff, sœur aînée d’Emilie.
  2. Charles Merztdorff.
  3. Marie Anne Heuchel, veuve de Pierre Merztdorff.
  4. Elisabeth Schirmer, épouse de Georges Heuchel.
  5. Cécile, bonne des petites Merztdorff.
  6. Marie, domestique chez les Merztdorff.
  7. Fresh ou Fresch.

Notice bibliographique

D’après l’original

Annexe

Mademoiselle Emilie

Pour citer cette page

« Samedi 23 septembre 1865 (B). Lettre d’Eugénie Desnoyers et de son époux Charles Mertzdorff (en voyage en Suisse) à leur fille Emilie Mertzdorff (Vieux-Thann) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Samedi_23_septembre_1865_(B)&oldid=51571 (accédée le 14 août 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.