Samedi 19 décembre 1914

De Une correspondance familiale


Télégramme d’Emilie Mertzdorff, épouse de Damas Froissart à son fils Louis Froissart (mobilisé à Terrasson Lavilledieu en Dordogne)

original de la lettre 1914-12-19.jpg


Samedi[1]

J’étais en train de quitter Brunehautpré quand j’ai rencontré le facteur et ta bonne lettre. Je rouvre la mienne pour t’en remercier. Je ne m’attendais pas à avoir si tôt de tes nouvelles c’est une bonne surprise. Je t’écris de [R ] où une dépêche de ton papa[2] vient de me dépêcher pour faire partir sa tenue militaire il va voir Pierre[3] ! et revient de chez Jacques[4]. Je regrette qu’il n’ait pu passer chez toi mais une dépêche m’a appris ce matin qu’il avait vu le général Davignon et que ton affaire paraissait arrangée pour le 41e. Il a fait de bonne besogne. Tu seras plus heureux dans l’artillerie qui est une espèce de famille pour nous et j’espère de tout mon cœur que ton patriotisme n’aura pas à en souffrir. Mille tendresses.

EMF

J’attendrai peut-être des nouvelles avant de faire partir ton paquet.


Notes

  1. La date attribuée à ce texte manuscrit sur formulaire de télégramme n’est pas certaine.
  2. Damas Froissart.
  3. Pierre Froissart.
  4. Jacques Froissart.

Notice bibliographique

D’après l’original

Pour citer cette page

« Samedi 19 décembre 1914. Télégramme d’Emilie Mertzdorff, épouse de Damas Froissart à son fils Louis Froissart (mobilisé à Terrasson Lavilledieu en Dordogne) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Samedi_19_d%C3%A9cembre_1914&oldid=53509 (accédée le 14 août 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.