Davignon, Henry (1846-1917)

De Une correspondance familiale

En décembre 1914, Damas Froissart rencontre le général Davignon pour faire muter son fils Louis dans l’artillerie.

Après l'école de Saint-Cyr en 1864, puis de l'école d'état major, Henry Davignon poursuit une carrière militaire, gravissant les échelons de sous-lieutenant (1869) à colonel (1893) puis général (1898). Il enseigne à l'école de guerre. En tant que chef du 2e bureau de l'état major général où il est nommé en 1893, il est en charge de la communication avec les attachés militaires étrangers, ce qui vaut à son nom d’apparaître lors de l’affaire Dreyfus (dans la pièce n°40 du dossier, dite « lettre Davignon », qui est un courrier écrit par le colonel Panizzardi au colonel von Schwartzkoppen). Henry Davignon est chef de cabinet du Ministre de la Guerre (1899), membre du comité d'état major (1900). Mis dans le cadre de réserve en 1911, il est rappelé en 1914 comme commandant de la 12e région militaire, jusqu'en 1916.



Pour citer cette page

« Davignon, Henry (1846-1917) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), URI: https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Davignon,_Henry_(1846-1917)&oldid=53587 (accédée le 12 août 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.