Samedi 13 mai 1865

De Une correspondance familiale

Lettre (incomplète) d’Eugénie Desnoyers, épouse de Charles Mertzdorff (Vieux-Thann) à sa mère Jeanne Target, épouse de Jules Desnoyers (Montmorency)

Original de la lettre 1865-05-13-pages1-4.jpg Original de la lettre 1865-05-13-pages2-3.jpg


Vieux-Thann

13 Mai 65

Ma bonne petite Mère,

Une petite visite dans ton ermitage, ce sera notre visite du Dimanche pour te prouver qu’on pense bien à toi. Vous avez raison de tâcher de jouir un peu de ce joli Montmorency puisque les locataires ont le mauvais esprit de ne pas venir. C’est plus qu’ennuyeux car je devine que si la maison avait été bien louée tu serais venue nous voir avant les grandes vacances.

Aglaé[1] va rentrer Lundi ; son pauvre mari a été bien seul, c’est bien gentil à lui de nous l’avoir donnée quelques jours[2].

Cette pauvre Mlle <Anicet> ! voilà un triste contretemps lorsqu’un mariage est décidé.

Ma petite Mimi[3] a eu mal à l’estomac et un peu de fièvre, elle a dû garder le lit hier matin, aujourd’hui elle est bien, elle se lève, et va manger ; les dents de 7 ans sont je crois, cause de ces petits malaises, car en somme elle se porte bien.

Bonne-maman Duméril[4] doit arriver ; comme elle va me parler de toi ?

Veux-tu remercier la petite Delacre[5] pour la jolie petite image qu’elle m’a envoyée, et l’embrasser pour moi. Je n’en reviens pas que cette petite <Sily> soit déjà d’âge à faire sa 1e Communion. Je tâcherai de lui écrire ; mes amitiés à notre bonne Mme Bidault.

Le jardin est-il toujours joli comme autrefois ; c’est mon type, et en ce moment je tâche de me rappeler nos fleurs pour faire placer de même les massifs au Jardinier[6]. Au reste nous ne sommes pas très contents et si vous entendez parler au Jardin par M. Houllet[7] ou Neumann d’un bon jardinier Alsacien (car cela est important à cause de la langue il faut qu’il parle également allemand et français) vous pourriez nous en écrire. Il faut un jardinier sachant pour les fleurs et pour les légumes. Nous tenons beaucoup au potager et aux arbres puisque nous n’achetons rien en dehors et que le terrain est là. La serre est une serre tempérée ; enfin ça n’a rien de pressé.


Notes

  1. Aglaé Desnoyers, épouse d’Alphonse Milne-Edwards et sœur d’Eugénie, est à Bordeaux.
  2. Aglaé est venue voir sa sœur fin avril.
  3. Marie Mertzdorff.
  4. Félicité Duméril, épouse de Louis Daniel Constant Duméril, revient d’un voyage à Paris.
  5. Marie Delacre, née en 1854.
  6. Possiblement Alphonse, jardinier.
  7. R. Houllet est chef des serres du Jardin des plantes à Paris.

Notice bibliographique

D’après l’original

Pour citer cette page

« Samedi 13 mai 1865. Lettre (incomplète) d’Eugénie Desnoyers, épouse de Charles Mertzdorff (Vieux-Thann) à sa mère Jeanne Target, épouse de Jules Desnoyers (Montmorency) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Samedi_13_mai_1865&oldid=35333 (accédée le 7 février 2023).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.