Mercredi 1er août 1821

De Une correspondance familiale


Lettre d’André Marie Constant Duméril (Paris) à son ami Pierre Bretonneau (Tours)


1er août 1821.

Vous avez arrangé les choses au mieux, mon cher ami, tenez à cette dernière idée de lire le 7 ; je vais voir Béclard, et les dispositions seront prises pour que vous ayez la parole à l’Académie.

Ainsi, je vous attends samedi à Sceaux, comme vous me l’annoncez.

Croyez au véritable plaisir que vous ferez à votre ami.

Ce 1er août.

Ma femme[1] vient en ville aujourd’hui pour y donner à dîner à de Candolle[2] et à quelques amis.


Notes

  1. Alphonsine Delaroche.
  2. Augustin Pyramus de Candolle, qui enseigne la botanique à Genève et vient régulièrement à Paris.

Notice bibliographique

D’après Triaire, Paul, Bretonneau et ses correspondants, Paris, Félix Alcan, 1892, volume I, p. 427. Cet ouvrage est numérisé par la Bibliothèque inter-universitaire de médecine (Paris)

Pour citer cette page

« Mercredi 1er août 1821. Lettre d’André Marie Constant Duméril (Paris) à son ami Pierre Bretonneau (Tours) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Mercredi_1er_ao%C3%BBt_1821&oldid=43178 (accédée le 15 août 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.