Mercredi 17 juillet 1872 (A)

De Une correspondance familiale

Lettre d’Aimée Sophie Élisabeth Boblet (Paris) à Eugénie Desnoyers, épouse de Charles Mertzdorff (Vieux-Thann)

original de la lettre 1872-07-17 A.jpg


Paris, 17 Juillet 1872

Je puis donc espérer de vous voir Mercredi prochain, chère Amie, et d'avoir ce jour-là votre bonne fille[1] auprès de moi ? ce sera en effet notre dernière réunion de l'été.

Je vous engage bien à faire voir à notre grande élève ce qu'elle n'a pu étudier de l'histoire de France de Mennechet[2], et ensuite, si vous en avez le temps ; l'histoire grecque dans Chéruel[3].

Je n'ai pas trouvé dans votre envoi la note sur la formation des quatre grands empires anciens ; je vous serai bien obligée si vous voulez bien me la rapporter.

Au 24 donc ! je vous embrasse toutes[4] bien affectueusement.

S. Boblet


Notes

  1. Marie Mertzdorff.
  2. Édouard Mennechet (1794-1845), Histoire de France.
  3. Adolphe Chéruel, Histoire ancienne, à l'usage des maisons d'éducation.
  4. Eugénie Desnoyers-Mertzdorff, Marie et Emilie Mertzdorff.

Notice bibliographique

D’après l’original

Pour citer cette page

« Mercredi 17 juillet 1872 (A). Lettre d’Aimée Sophie Élisabeth Boblet (Paris) à Eugénie Desnoyers, épouse de Charles Mertzdorff (Vieux-Thann) », Une correspondance familiale (D. Poublan et C. Dauphin eds.), https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Mercredi_17_juillet_1872_(A)&oldid=34969 (accédée le 9 février 2023).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.