Marjolin, Jean Nicolas (1780-1850)

De Une correspondance familiale

André Marie Constant Duméril appelle plusieurs fois le docteur Marjolin en consultation auprès de membres de la famille : en février 1836, il obtient que ce chirurgien examine son neveu (qui souffre d’un grave problème oculaire) aux côtés des docteurs Velpeau et Sichel ; il est appelé aussi, avec le docteur Chomel, auprès de Charles Declercq (en 1845) et auprès de Michel Delaroche (en 1847).

Jean Nicolas Marjolin est un chirurgien, membre de l'Académie de médecine et médecin du roi. Il enseigne d’abord, à titre privé, la pathologie externe dans un amphithéâtre de la rue Saint-Julien-le-Pauvre, avant d’être nommé à la Faculté de médecine (1818). Il publie en 1812 un Manuel d'anatomie, contenant l'exposition des méthodes les plus avantageuses à suivre pour disséquer, injecter, conserver les parties qui composent le corps de l'homme, et pour procéder à l'ouverture et à l'examen des cadavres et en 1836 son Cours de pathologie chirurgicale, professé à la Faculté de médecine.



Pour citer cette page

« Marjolin, Jean Nicolas (1780-1850) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), URI: https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Marjolin,_Jean_Nicolas_(1780-1850)&oldid=42085 (accédée le 25 septembre 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.