Mardi 25 octobre 1814 (A)

De Une correspondance familiale

Lettre d’Alphonsine Delaroche (Paris) à son mari André Marie Constant Duméril (Orléans)

Original de la lettre 1814-10-25A-page1.jpg Original de la lettre 1814-10-25A-page2.jpg Original de la lettre 1814-10-25A-page3.jpg


230 B

1812 ou 1814[1]

25 Octobre

M. Valet est venu hier m’offrir ses services pour Orléans où il arrivera à peu près en même temps que toi. Il a paru désirer que je ne le laissasse point partir sans lui remettre une lettre pour toi mon bon ami, mais j’ai si peu de temps que ce ne sera qu’un mot, me réservant de t’écrire s’il m’est possible un autre mot par le courrier d’aujourd’hui. Tu m’avais fait espérer pour hier une lettre que je n’ai pas reçue et sur laquelle je crois pouvoir compter aujourd’hui. Tu me dis, je suis beaucoup mieux, mais tu ne me dis pas, je suis parfaitement, et cela me fait peine, cependant j’espère qu’il s’en faut de bien peu que tu ne sois pas dans ton état de santé ordinaire.

Ici tout le monde est bien, M. Valet pourra te rendra bon compte de la bonne mine fraîche de tes enfants[2], qu’il vît tous deux hier. Mme Manier va mieux, elle était même sans fièvre avant-hier soir. Adrienne[3] est arrivée le jour où je t’écrivis, très bien portante et fraîche, nous la vîmes le soir même. Elle m’a bien demandé de tes nouvelles.

Je te prie de me rappeler au souvenir de ton compagnon de voyage[4], et de lui présenter beaucoup de compliments de ma part et de celle de maman[5], j’espère que sa santé est bonne et sans migraine.

Adieu très cher ami, je t’embrasse en véritable et tendre amie


Notes

  1. La datation, ultérieure, propose ces deux années ; il s’agit effectivement de 1814.
  2. Louis Daniel Constant et Auguste Duméril.
  3. Adrienne Say.
  4. Hippolyte Cloquet.
  5. Marie Castanet, veuve de Michel Delaroche.

Notice bibliographique

D’après l’original (il existe également une copie dans le livre des Lettres de Monsieur Constant Duméril à sa femme, p. 132-133)

Annexe

A Monsieur Duméril

Président des Jurys de Médecine à Orléans

Aux soins de Monsieur Valet

Rue Coquillière n° 27

Pour citer cette page

« Mardi 25 octobre 1814 (A). Lettre d’Alphonsine Delaroche (Paris) à son mari André Marie Constant Duméril (Orléans) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Mardi_25_octobre_1814_(A)&oldid=40897 (accédée le 11 août 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.