Mardi 24 décembre 1918

De Une correspondance familiale

Lettre d’Albert Langs (Guebwiller) à son père Jean Langs (ou son beau-père Jacques Meng)


Ecrit au tribunal le 28 Dezember 1918
Communiqué à M. de Place le 31 Décembre 1918

Guebwiller, le 24 Décembre 18

Mon cher Père[1],

Je me hâte de répondre à ta bonne lettre du 18 Décembre, qui a mis quelques jours pour arriver entre mes mains. Mimi[2] a bien reçu aujourd’hui la lettre de maman[3] et y répondra demain.

Monsieur Herter, ou plutôt le boche Herter, ancien Kreiscommissar, était mon subordonné à la Kreisdirektion. Je savais bien qu’il gérait vos affaires d’Alsace et qu’il avait de temps à autre des entrevues avec M. Jaeglé[4] à ce sujet. Il me parlait de ce dernier comme d’un homme suspect aux autorités allemandes ([Ar hat em net gatroït]. Herter est actuellement à Colmar qu’il ne peut quitter, la famille de Bary ayant de suite demandé à ce qu’on l’arrête, parce que Herter était aussi [« Zwangsverwalter »] des affaires de Bary.

Les dossiers de votre Société se trouvent actuellement à Guebwiller entre les mains de l’administration (Kreisdirektion). J’en ai parlé à monsieur l’Administrateur Gasquet qui m’a dit que vous devez vous adresser au procureur du Gouvernement auprès du tribunal régional à Colmar, en demandant main levée du séquestre et la [délivration] des différents documents ou dossiers.

Je sais que la maison de Bary s’est mis en rapports directs avec Herter pour qu’il donne toutes explications nécessaires etc. afin qu’on puisse aussi le rendre responsable s’il y a lieu.

Moi-même je n’avais pas à me plaindre de Herter comme subordonné, quoiqu’il était un haïsseur d’Alsaciens.

Je crois qu’il serait dans votre intérêt, si quelqu’un de votre maison venait à Guebwiller et Colmar pour mener ces affaires verbalement. Cela se ferait mieux que par lettre.

Ne serait-ce pas l’occasion, cher papa, pour de venir toi-même ? Je pense que pour pareille chose une automobile sera mise à ta disposition.

J’espère que mes renseignements te contentent et t’envoie ainsi qu’à chère mère, mes plus affectueux messages.

Ton dévoué fils,

Albert Langs

Je n’ai pu obtenir l’adresse exacte de Herter, mais il est connu à Colmar.


Notes

  1. Il n’est pas exclu qu’Albert Langs s’adresse à son beau-père Jacques Meng.
  2. Probablement son épouse Marguerite Meng.
  3. Marie Eugénie Isenarm, épouse de Jean Langs (ou bien Marie Gayot, épouse de Jacques Meng).
  4. Georges Jaeglé.

Notice bibliographique

D’après l’original

Pour citer cette page

« Mardi 24 décembre 1918. Lettre d’Albert Langs (Guebwiller) à son père Jean Langs (ou son beau-père Jacques Meng) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Mardi_24_d%C3%A9cembre_1918&oldid=40882 (accédée le 19 août 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.