Mardi 19 septembre 1865

De Une correspondance familiale


Lettre d’Eugénie Desnoyers, épouse de Charles Mertzdorff (Vieux-Thann) à sa sœur Aglaé, épouse d’Alphonse Milne-Edwards (Paris)

original de la lettre 1865-09-19.jpg


Mardi matin[1]

Papa[2] prie Alphonse[3] de vouloir bien aller à la bibliothèque pour dire qu’on ouvre le 2 octobre. Et toi de donner à M. Deville l’adresse d’Alfred[4] pour renvoyer les lettres.

Pas de changement dans le programme. Ecrire hôtel Byron pour Samedi matin : Genève Dimanche et Mardi Ancy-le-Franc.

Ma Gla chérie malgré mon désir de bavarder avec toi il faut que je te quitte pour écrire à ma future cuisinière, pour ranger mes œufs &&

Et toi, ma Gla où en sont tes petites affaires, je vois que ça ne va pas mal et que vous êtes toujours bien heureux tous les deux.

Maman[5] t’embrasse bien fort ; Bien des amitiés à tante Aglaé, dit Mimi[6], qu’elle voudrait bien aller à Paris pour t’embrasser sur les 2 joues et Founi[7] aussi a beaucoup de choses à te dire.

Mille caresses.

Amitiés à Alphonse de la part de nos messieurs[8].

E.M.


Notes

  1. Cette lettre non datée est à situer en 1865, juste avant le voyage en Suisse.
  2. Jules Desnoyers, bibliothécaire en chef au Muséum.
  3. Alphonse Milne-Edwards, époux d’Aglaé.
  4. Alfred Desnoyers, frère aîné d’Eugénie et Aglaé.
  5. Jeanne Target, épouse de Jules Desnoyers.
  6. Marie Mertzdorff.
  7. Emilie Mertzdorff, sœur de Marie.
  8. Les messieurs sont l’époux d’Eugénie (Charles Mertzdorff), son père (Jules Desnoyers) et son frère (Julien).

Notice bibliographique

D’après l’original

Pour citer cette page

« Mardi 19 septembre 1865. Lettre d’Eugénie Desnoyers, épouse de Charles Mertzdorff (Vieux-Thann) à sa sœur Aglaé, épouse d’Alphonse Milne-Edwards (Paris) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Mardi_19_septembre_1865&oldid=40782 (accédée le 8 août 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.