Mardi 13 avril 1880

De Une correspondance familiale

Lettre de Paule Arnould, sa sœur Mathilde et leur mère (Sceaux ?) à leur amie Marie Mertzdorff, qui va épouser Marcel de Fréville (Paris)


Fs1880-04-13 pages1-4 dames Arnould.jpg Fs1880-04-13 pages2-3 dames Arnould.jpg


13 Avril

Ma Marie chérie,

Tu as voulu me donner un souvenir que je vois toujours et qui me parle de toi ; jusqu’à présent, il y réussit, et ma pendule me fait sourire toutes les demi-heures. Voilà qui te prouvera que depuis plus d’un mois je pense souvent à toi, ma Chérie. Tous les points de cet ouvrage ont été faits pour toi, et j’espère qu’à son tour il te rappellera les trois amies qui y ont travaillé.

Je suis encore toute heureuse, ma Marie, de t’avoir embrassée hier, et je remercie le bon Dieu de permettre que je sois auprès de toi demain[1]. Tu sais si je t’aime, et si j’aime aussi le 14 Avril[2].

Paule

Nous te demandons, nous te défendons pour mieux dire, de nous remercier avant demain.

1° tu n’en as plus le temps, et

2° tu ne peux plus m’écrire avant d’être mariée après m’avoir signé ta lettre d’hier comme tu l’as fait.

Moi aussi, ma bien chère Marie, je veux te dire avec quel plaisir j’ai travaillé à cet ouvrage en pensant qu’il était pour toi. Je voudrais que chaque point te dise et te redise sans cesse que je t’aime de tout mon cœur. Ce sera toujours vrai, et je serai - toujours – heureuse de te le prouver.

En attendant demain, je t’envoie mille bons baisers, pour toi, notre chère Émilie[3] et ta chère Tante[4].

Mathilde

Je vous embrasse moi aussi à mon tour, ma chère Marie, ainsi que votre Sœur chérie et votre bien-aimée tante. Comme la mouche du coche j'ai fait quelques points à cet ouvrage, mais le plus intéressant c'est que le dessin a été calqué sur une des faïences de la Maison carrée d'Alger[5] et les combinaisons de couleurs, nuances, etc. sont uniquement sorties de l'idée de vos amies Mathilde et Paule.

Je vous embrasse encore une fois et je prie de tout mon cœur pour vous et pour M. de Fréville

Votre vieille amie à tous deux bien affectionnée

P Arnould née Baltard


Notes

  1. Le 14 avril Marie Mertzdorff épouse Marcel de Fréville à Paris.
  2. Allusion au fait que Marie Mertzdorff est née le 15 avril (1859) ?
  3. Émilie Mertzdorff, sœur de Marie.
  4. Aglaé Desnoyers, épouse d'Alphonse Milne-Edwards.
  5. Arthur Arnould (†) et Charles Arnould collectionnent les faïences islamiques à Alger. [Voir le billet de blog : « L'"intéressant" pour guide »]

Notice bibliographique

D’après l’original.

Pour citer cette page

« Mardi 13 avril 1880. Lettre de Paule Arnould, sa sœur Mathilde et leur mère (Sceaux ?) à leur amie Marie Mertzdorff, qui va épouser Marcel de Fréville (Paris) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Mardi_13_avril_1880&oldid=40691 (accédée le 8 août 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.