Majorelle, Fernand Eugène (1845-1920) et ses proches

De Une correspondance familiale


La sociabilité de garnison amène les Froissart à fréquenter à Douai le colonel Majorelle et son épouse, « une femme charmante, aimable, distinguée », qui « a tout pour elle » (lettre du 17 février 1901). Puis, pendant la guerre de 1914-1918, Émilie Mertzdorff-Froissart donne des nouvelles de la famille Majorelle pendant la guerre de 1914-1918 (lettre du 1er mars 1918).

Fernand Eugène Majorelle (1845-1920) est le fils de Louis Léon Majorelle (1810-1890), directeur de la verrerie de Château-Salins (1855), de la faïencerie de Saint-Clément, maire de Lunéville (1871-1875) et de Fanny Catherine Maguin (1819-1873).

Fernand Eugène Majorelle est polytechnicien (X 1865). Il fait une carrière militaire qu'il termine comme colonel après avoir commandé le 15e régiment, été directeur de l'école d'Artillerie, et directeur de l'Atelier de Construction de Puteaux. Avec son épouse Caroline Marie Caze (1858-1944), il a au moins deux enfants, une fille Thérèse Majorelle et un fils (Marie) Jean Majorelle.

- (Louise Marie) Thérèse Majorelle (La Fère dans l'Aisne, 1883-Paris, 1946). Le 25 octobre 1904 à Douai (Nord) elle épouse Louis Émile Parmentier né en 1874 à Luneville, tué à l'ennemi dans la Marne en novembre1914. Ils ont deux enfants : Marie Françoise Parmentier (1905-1971) et Jean Eric Parmentier (1911-1967)

- (Marie) Jean Majorelle (Châlons-sur-Marne, 1894-1974) est lui aussi polytechnicien (X 1913). Ingénieur civil des mines, licencié en droit, il fait carrière dans les mines (Douchy, La Houvre), puis dans les organismes du pétrole.


Pour citer cette page

« Majorelle, Fernand Eugène (1845-1920) et ses proches », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), URI: https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Majorelle,_Fernand_Eug%C3%A8ne_(1845-1920)_et_ses_proches&oldid=54679 (accédée le 11 août 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.