Lundi 8 juin 1868

De Une correspondance familiale

Lettre de Félicité Duméril (Morschwiller) à sa petite-fille Marie Mertzdorff (Vieux-Thann)


Morschwiller 8 Juin 1868

Ma bien chère petite Mimi,

Hier nous[1] étions tous bien contents d'entendre la lecture qu'oncle Léon[2] nous a faite de ton journal et nous avons regretté de n'avoir pas pu t'en exprimer notre satisfaction, mais tes petites amies[3] étant arrivées, cela ne nous a pas été possible, je viens donc te dire, ce matin, que nous aimons à penser à ton journal et te répéter ce que tu comprends bien, au reste, c'est que tout travail porte en lui sa récompense. Ton père[4], ta mère[5] et nous tous sommes si heureux quand toi et Emilie[6] remplissez bien vos petits devoirs, mais sais-tu ce qu'il faut faire pour y arriver complètement, c'est de ne jamais flâner, de te dépêcher dès le matin à faire le plus que tu peux de ta toilette; puis de te mettre ensuite avec énergie à ton travail si bien proportionné à ton âge par les soins de ta douce et tendre mère, et le soir, quand, avec elle, tu fais l'examen de ce qui s'est passé dans la journée, combien ton cœur sera heureux de pouvoir lui dire que tu as fait courageusement ce que tu devais faire. La récréation d'ailleurs ne devient-elle pas bien meilleure lorsqu'on l'a méritée, puis une petite fille qui cherche à devenir laborieuse apprend facilement bien des choses qui causent une agréable surprise aux chers parents. Notre petite Emilie si gentille fera comme son aînée et alors vous serez toutes deux comme ces bons enfants dont il est question dans le livre de Buquin, au chapitre intitulé : Amour de Dieu et de ses parents.

Adieu bonne petite Marie je t'embrasse bien fort ainsi que toute la famille

Ta grand'mère

Félicité Duméril

Nous sommes bien contents de penser que nous vous verrons cette semaine à Morschwiller


Notes

  1. Félicité et son époux Louis Daniel Constant Duméril.
  2. Léon Duméril, leur fils.
  3. Marie et Hélène Berger.
  4. Charles Mertzdorff.
  5. Eugénie Desnoyers, épouse de Charles Mertzdorff.
  6. Emilie Mertzdorff, sœur de Marie.

Notice bibliographique

D’après l’original.

Pour citer cette page

« Lundi 8 juin 1868. Lettre de Félicité Duméril (Morschwiller) à sa petite-fille Marie Mertzdorff (Vieux-Thann) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Lundi_8_juin_1868&oldid=40622 (accédée le 14 août 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.