Lundi 26 septembre 1870 (B)

De Une correspondance familiale

Lettre de Jeanne Target, épouse de Jules Desnoyers (Paris) à sa fille Eugénie Desnoyers, épouse de Charles Mertzdorff (Vieux-Thann)

original de la lettre 1870-09-26 B.jpg


Paris

Lundi 26 Septembre

Je t'ai écrit hier, ma chère fille, si mon petit mot voyageant par les airs, t'est parvenu, il t'aura appris que nous allons bien ; nous avons aperçu plusieurs de ces messagers aériens portant aux chères familles les tendresses de ceux qu'elles aiment et l'assurance que leur vie est encore sauve. Quoi de plus attendrissant ?... Ma chérie tout va bien jusqu'ici < > ; rien de grave ne s'est encore passé. On est d'un accord parfait. chacun veut se défendre. On a confiance ; Espérons que Dieu nous soutiendra dans notre juste cause. Ton papa[1] travaille beaucoup à la B.[2] pour mettre tout en sûreté. Ta sœur[3] quête avec Mme de <G.P.> pour les familles d'ouvriers occupés à la gardeNationale. L'ambulance est très bien organisée. Je me procure le plus possible de vivres pour ne pas laisser manquer les braves gens qui se sont réfugiés sous notre toit. Tu vois, ma chère enfant, que nous ne nous laissons pas abattre. Nous serions bien heureux de savoir où vous êtes mes chers enfants[4], nous adressons toujours chez vous espérant que, si vous êtes en Suisse ces mots vous y seront renvoyés.

M. Auguste[5] ne va pas plus mal. Je t'ai dit qu'Adèle[6] n'est pas partie avec son mari qui venait la chercher. Il a jugé après réflexion qu'elle était plus sûrement auprès de ses parents s'ils <étaient> forcés à <quitter> Chaumont.

Montmorency est occupé par les Prussiens <> sont bruyants <>.

Tu penses bien que pourvu que les chers nôtres nous restent, les maisons nous occupent peu.

Adieu, ma chérie, que te dire si ce n'est que je t'aime de toute mon âme et que tous les nôtres ne font qu'un avec moi pour beaucoup penser à vous tous

Mère amie


Notes

  1. Jules Desnoyers.
  2. La bibliothèque du Muséum.
  3. Aglaé Desnoyers, épouse d’Alphonse Milne-Edwards.
  4. Eugénie Desnoyers, son époux Charles Mertzdorff et les petites Marie et Emilie Mertzdorff.
  5. Auguste Duméril.
  6. Adèle Duméril, épouse de Félix Soleil, qui travaille à Chaumont.

Notice bibliographique

D’après l’original.

Annexe

Madame Mertzdorff

Vieux-Thann

Haut-Rhin

Pour citer cette page

« Lundi 26 septembre 1870 (B). Lettre de Jeanne Target, épouse de Jules Desnoyers (Paris) à sa fille Eugénie Desnoyers, épouse de Charles Mertzdorff (Vieux-Thann) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Lundi_26_septembre_1870_(B)&oldid=40463 (accédée le 15 août 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.