Mercredi 28 septembre 1870

De Une correspondance familiale

Lettre de Jeanne Target, épouse de Jules Desnoyers (Paris) à sa fille Eugénie Desnoyers, épouse de Charles Mertzdorff (Vieux-Thann)

original de la lettre 1870-09-28.jpg


Mercredi 28 7bre70

Que ce léger papier te porte nos tendresses, ma Chérie, Nous allons tous bien, et t'embrassons bien fort, bien fort. je reçois à l'instant excellentes nouvelles de notre Julien[1], toujours courageux, travailleur, soumis à son sort et bien <affectueux>, il me parle de toi, de vous[2], mes chers amis, dans les mêmes termes d'amitié et désirerait, comme nous entendre parler des chers habitants d'Alsace.

Tout est toujours au calme ici, en attendant la tempête !... Beaucoup de courage et de résolution est l'esprit général.

Voilà la 3ème lettre que je t'adresse par les airs. Si je vous disais toutes les pensées dont vous êtes l'objet, combien on vous aime dans ce petit coin que vous connaissez je ne finirais pas. Dans ce moment le cœur est condamné à vivre de privations et d'affections renfermées. Au nom de tous tendresses sans fin.

Mère amie


Notes

  1. Julien Desnoyers au fort d’Issy.
  2. Eugénie Desnoyers, son époux Charles Mertzdorff et les fillettes Marie et Emilie Mertzdorff.

Notice bibliographique

D’après l’original.

Annexe

par Ballon monté

Madame Mertzdorff

Vieux-Thann

Haut-Rhin

Pour citer cette page

« Mercredi 28 septembre 1870. Lettre de Jeanne Target, épouse de Jules Desnoyers (Paris) à sa fille Eugénie Desnoyers, épouse de Charles Mertzdorff (Vieux-Thann) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Mercredi_28_septembre_1870&oldid=35147 (accédée le 14 août 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.