Lundi 26 mai 1919

De Une correspondance familiale


Lettre d’Émilie Mertzdorff, épouse de Damas Froissart (Paris) à son fils Michel Froissart (mobilisé)


original de la lettre 1919-05-26 pages 1-4.jpg original de la lettre 1919-05-26 pages 2-3.jpg


26 Mai 19

Mon cher Michel,

Je t’envoie copie du programme des cérémonies[1] telles que M. Daum[2] vient de nous le communiquer[3].

J’ajoute que ton père[4] et moi arrivons à Nancy Vendredi à 3h1/4, les Degroote[5], les Jacques[6] et A.M. de Place[7] Samedi à la même heure. Il n’y aura donc que nous ton père et moi qui prendrons part au déjeuner de Samedi. Après le thé de Samedi jusqu’au Dimanche soir nous faisons bande à part, on visite Nancy, nous mènerons au cirque tous ceux qui voudront, car c’est la foire. Les CD[8] arrivent seulement Dimanche toujours par le même train. Nous repartirons tous Mardi matin à 10h je pense ou à 7h pour les plus pressés.

Guy de Place qui est témoin avec Jacques[9] arrivera de Vieux-Thann en auto, Hélène[10] passera par Epinal pour voir sa cousine[11], l’hôtesse de Pierre[12], et arrivera à Nancy à 7h du soir Samedi.

Nous serons tous ensemble et seuls dans le grand hôtel que les Américains viennent de laisser libre et qui ne servira plus d’hôtel désormais. C’est une trouvaille qu’a faite M. Daum.

Je crois que [Marie de][13] et Charles[14] ont bien l’intention de venir. Ils arriveront aussi Dimanche et feront partie du dîner de famille.

Pierre arrive demain à Nancy pour n’en plus repartir qu’avec sa femme[15], probablement Mardi ou Mercredi. Ils passeront une nuit ici et iront ensuite à Cauterets pour une dizaine de jours, arrêt ici du 15 au [ ] puis à Nancy. Pierre doit être de retour à Epinal le 25. Il [a] loué un appartement meublé qu’il pourra occuper à partir du 28.

Ton papa est parti ce matin pour Campagne afin d’y installer le brave Prévost dont le dévouement et la bonne volonté nous enchantent. C’est vraiment une trouvaille que tu as faite là et tout à fait l’homme qu’il nous faut. Nous t’en sommes très reconnaissants.

Merci de ta lettre. J’espère que tu ne seras pas trop défiguré par les moustiques.

Je t’embrasse tendrement.

Emy

Tous ces beaux projets sont édifiés sans compter avec la rougeole qui plane sur nous et pourrait bien descendre du 7e où la subit Marie-Louise[16] au profit des petits qui ne l’ont pas encore eue.


Notes

  1. Le mariage de Pierre Froissart avec Antoinette Daum.
  2. Antonin Daum.
  3. Voir ce programme dans les papiers familiaux.
  4. Damas Froissart.
  5. Henri Degroote et son épouse Lucie Froissart.
  6. Jacques Froissart et son épouse Elise Vandame.
  7. Anne Marie de Place, fille aîné de Guy et Hélène Duméril.
  8. Guy Colmet Daâge et son épouse Madeleine Froissart.
  9. Jacques Froissart, frère de Michel.
  10. Hélène Duméril, épouse de Guy de Place.
  11. Il s’agit possiblement de Thérèse Audéoud, hôtesse de Louis Froissart.
  12. Pierre Froissart, frère de Michel et de Louis.
  13. Marie Mertzdorff, veuve de Marcel de Fréville.
  14. Charles de Fréville.
  15. Antoinette Daum, mariée entre-temps avec Pierre Froissart.
  16. Marie-Louise, employée par les Degroote.

Notice bibliographique

D’après l’original


Pour citer cette page

« Lundi 26 mai 1919. Lettre d’Émilie Mertzdorff, épouse de Damas Froissart (Paris) à son fils Michel Froissart (mobilisé) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Lundi_26_mai_1919&oldid=53245 (accédée le 18 août 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.