Lundi 23 avril 1900

De Une correspondance familiale


Lettre de condoléances de Paule Baltard, veuve d'Edmond Arnould (Jonchery-sur-Vesle (Marne), à Marie Mertzdorff, épouse de Marcel de Fréville (Paris)


Fs1900-04-23 Paule Arnould.jpg


Le Vivier 23 Avril 1900.[1]

Ma bien chère Marie,

Je suis profondément attristée avec vous, avec votre mari[2], avec vos enfants[3], de la mort de votre cher et excellent oncle[4]. Je sens tout ce que vous devez en souffrir ; encore une nouvelle page déchirée de ce cher passé si plein de doux souvenirs ! Ma chère Marie, j’ai aussi beaucoup de peine d’être loin de vous, avec l’impossibilité absolue de revenir à Paris avant Samedi matin. Je ne serai donc à la triste cérémonie que par ma pensée et mes prières, mais ce sera de tout mon cœur, avec une bien profonde affection, pour celui qui vous a quittés et pour ceux qu’il a aimés.

A bientôt, ma chère Marie. Je suis très tristement toute vôtre

P. Arnould

née Baltard.

J’écris à notre chère Émilie[5], mais s’il ne la rejoint pas à Douai, dites-lui combien je pense à elle.


Notes

  1. Lettre sur papier deuil.
  2. Marcel de Fréville.
  3. Jeanne, Robert, Charles, Marie Thérèse et Françoise de Fréville.
  4. Alphonse Milne-Edwards.
  5. Émilie Mertzdorff, épouse de Damas Froissart et sœur de Marie.

Notice bibliographique

D’après l’original.


Pour citer cette page

« Lundi 23 avril 1900. Lettre de condoléances de Paule Baltard, veuve d'Edmond Arnould (Jonchery-sur-Vesle (Marne), à Marie Mertzdorff, épouse de Marcel de Fréville (Paris) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Lundi_23_avril_1900&oldid=54202 (accédée le 12 août 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.