Lundi 15 mai 1876 (A)

De Une correspondance familiale

Lettre de Marie Mertzdorff (Paris) à son père Charles Mertzdorff (Vieux-Thann)

original de la lettre 1876-05-15A pages 1-4.jpg original de la lettre 1876-05-15A pages 2-3.jpg


Paris le 15 Mai 1876,

Mon Père chéri,

Te voilà donc encore une fois parti ! et nous en sommes de nouveau réduits aux lettres. As-tu fait bon voyage ? Je l’espère et j’aime à penser aussi que tu n’es pas trop fatigué de ta nuit et que tu as trouvé là-bas toutes choses en bon état. Ici rien de nouveau ; mon rhume continue mais sans augmenter, l’œil d’Emilie[1] est tout à fait bien et nous serions parfaitement satisfaits si une personne dans la maison ne nous donnait de vives inquiétudes : ce pauvre Krab[2]. On a été obligé d’interrompre le vin de quinquina qui l’échauffait trop ; il vomit à chaque instant, ne mange plus et a la respiration très-courte, son maître est désolé, et ce pauvre Jean[3] donc ! Hier matin tante[4] entre dans sa chambre et le trouve en larmes sous sa couverture, elle lui demande le motif de ses pleurs, et il répond qu’il est depuis une heure dans cet état et que cela lui fait trop de peine de voir ce pauvre Krab dont il entend la respiration si irrégulière et qu’il pense qu’il va peut-être mourir.

Hier nous n’avons rien fait de bien extraordinaire. Nous avons été avec Jean à la messe de 10 heures puis en rentrant nous avons pris Jeanne Brongniart et on a établi une chasse en règle, inutile de t’en faire la description tu connais la chose. A 2h j’ai quitté le jeu pour monter m’habiller, Jeanne est partie, oncle a emmené les 2 puers[5] dans la ménagerie, et moi je suis montée avec tante dans l’omnibus pour aller à la Trinité où avait lieu la fameuse quête. Le sermon était parfaitement bien ; l’auditoire seul était en petit nombre et nous n’avons fait (en tou il est vrai que nous étions à la petite porte) que 8F 40 centimes, c’est modeste comme tu vois. Heureusement que ces dames apportaient de plus grosses sommes ; Tante avait [900] F et en tout les sœurs ont eu plus de 4 600 aussi elles étaient ravies je crois que je ne les ai jamais vues plus contentes. Pour revenir nous voulions prendre l’omnibus mais toutes les voitures passaient complètes et en marchant tout doucement nous sommes arrivées au Palais Royal ; mais là la pluie menaçait et après avoir pris des numéros nous nous sommes décidées à les abandonner pour une voiture. Le soir après le dîner nous avons été dans la ménagerie avec tante et oncle et ce dernier a tué deux rats avec sa carabine.

Aujourd’hui rien de nouveau encore ; j’ai eu Mlle Duponchel[6] qui n’a pas été trop satisfaite de ce que je n’aie rien fait je n’ai pu la désarmer que par de belles promesses que je compte bien tenir.

Emilie vient d’aller faire un tour dans la ménagerie avec oncle elle entre à l’instant et va se mettre à travailler car je crois qu’elle n’est pas trop en avance, ma chère sœur.

J’ai commencé une lettre à Hélène Berger je compte la terminer aujourd’hui si…. Nous n’avons pas vu bonne-maman et bon-papa[7] hier, nous allons probablement y aller tout à l’heure. Je crains bien que par le froid que avons eu hier bonne-maman Desnoyers ait fait une grande imprudence en allant à Montmorency.

Je crois mon petit papa chéri que je t’ai dit absolument tout ce que je pouvais avoir à te dire car il n’y a pas bien longtemps encore que tu nous as quittés ; je t’embrasse donc de toutes mes forces comme je t’aime.

Ta fille
Marie Mertzdorff
Institutrice de 2e ordre.


Notes

  1. Emilie Mertzdorff, sœur de Marie.
  2. Krab le chien d’Alphonse Milne-Edwards.
  3. Jean Dumas.
  4. Aglaé Desnoyers, épouse d’Alphonse Milne-Edwards.
  5. Probablement Jean Dumas et Emilie Mertzdorff, les deux plus jeunes.
  6. Marie Louise Duponchel, professeur de dessin.
  7. Jeanne Target et son époux Jules Desnoyers.

Notice bibliographique

D’après l’original

Pour citer cette page

« Lundi 15 mai 1876 (A). Lettre de Marie Mertzdorff (Paris) à son père Charles Mertzdorff (Vieux-Thann) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Lundi_15_mai_1876_(A)&oldid=42480 (accédée le 2 février 2023).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.