Jeudi 4 novembre 1915

De Une correspondance familiale


Carte-lettre d’Émilie Mertzdorff, épouse de Damas Froissart (Campagne-lès-Hesdin) à son fils Louis Froissart (Paris)



Jeudi.

Mon pauvre Lou,

te voilà sur la sellette depuis hier. Nous pensons bien à toi, cher petit. J'espère que tu n'es pas trop fatigué. Je pensais te laisser Françoise[1], mais Lina[2] n'étant pas revenue, je me décide à la faire venir tout de suite ; elle jouira ainsi de la réunion des 7 petits enfants[3] et cela lui fera du bien. Michel[4] l'a trouvée très sédentaire et plutôt pâlie. Lina reviendra à Paris Samedi ou Dimanche et y restera jusqu'à nouvel ordre.

Les CD.[5] sont arrivés hier soir, quelques heures après Michel. Nous sommes bien heureux de les avoir tous.

A bientôt une plus longue lettre, je t'embrasse tendrement partant pour Dammartin et Bamières

EM


Notes

  1. Françoise Maurise Giroud, veuve de Jean Marie Cottard, employée par les Froissart.
  2. Lina, domestique chez les Degroote.
  3. Probablement : Anne Marie, Suzanne, Georges et Geneviève Degroote ; Patrice et Bernard Colmet Daâge ; Jacques Damas Froissart.
  4. Michel Froissart, frère de Louis.
  5. Guy Colmet Daâge, son épouse Madeleine Froissart et leurs deux fils.

Notice bibliographique

D’après l’original

Pour citer cette page

« Jeudi 4 novembre 1915. Carte-lettre d’Emilie Mertzdorff, épouse de Damas Froissart (Campagne-lès-Hesdin) à son fils Louis Froissart (Paris) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Jeudi_4_novembre_1915&oldid=56470 (accédée le 14 août 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.