Vendredi 5 novembre 1915

De Une correspondance familiale

Lettre de Damas Froissart (Campagne-lès-Hesdin) à son fils Louis Froissart (Paris)

original de la lettre 1915-11-05.jpg


BRUNEHAUTPRE
CAMPAGNE-LES-HESDIN
BRIMEUX
PAS-DE-CALAIS[1]
5 novembre 15

Mon cher Louis,

Michel[2] est chargé de te dire que nous pensons à toi. Nous avons le vif désir de connaître ton pronostic en attendant d’en savoir plus long : penses-tu décrocher cette timbale[3] avant que commence pour toi l’ère nouvelle, où d’autres occupations t’absorberont.

Nous t’embrassons

D. Froissart


Notes

  1. En-tête imprimé.
  2. Michel Froissart, frère de Louis.
  3. La licence en philosophie.

Notice bibliographique

D’après l’original

Pour citer cette page

« Vendredi 5 novembre 1915. Lettre de Damas Froissart (Campagne-lès-Hesdin) à son fils Louis Froissart (Paris) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Vendredi_5_novembre_1915&oldid=55484 (accédée le 11 août 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.