Jeudi 27 octobre 1870

De Une correspondance familiale

Lettre de Jeanne Target, épouse de Jules Desnoyers (Paris) à sa fille Eugénie Desnoyers, épouse de Charles Mertzdorff (Vieux-Thann)

original de la lettre 1870-10-27 page1.jpg original de la lettre 1870-10-27 pages2-3.jpg


Paris, le[1] Jeudi 27 octobre 187 7[2]

Je n'ai pas encore reçu le moindre petit mot de toi, en réponse aux nombreuses lettres que je t'ai adressées, ma chère et bien aimée fille, nous ne voulons rien y voir de fâcheux, nous espérons que vous vous portez tous bien, et que si vous n'avez pas pu rester chez vous la Suisse vous a offert l'hospitalité, que là, nos lettres vous sont renvoyées.

Tu sais, ma chérie, que l'on croit facilement ce que l'on désire fort, que nous prenons dans cette pensée le courage nécessaire pour supporter ce silence. De ton côté comme tu dois être inquiète si tu ne reçois pas nos lettres !.. Je t'ai toujours, dans toutes les précédentes, répété que nous allions tous bien, que le courage, l'espérance, le bon accord entre tous ne manquaient pas. Je puis t'assurer de la même chose aujourd'hui. On assure que l'armée ennemie est moins nombreuse autour de Paris qu'elle se répand dans les Départements ; vous aurez appris la prise d'Orléans[3] et la glorieuse défense et destruction de Châteaudun[4] !...

Nous ne savons rien de Launay ni de Montmorency. Julien[5] va <bien, il> est toujours très occupé par le Génie[6], peut-être va-t-il venir nous voir ce soir. Ce cher enfant est plein de courage et d'entrain, la vie des camps lui va à merveille.

Monsieur Lafisse n'a toujours aucunes nouvelles de Constance[7]. Je te répète toujours la même choses. Si j'étais sûre que tu reçois mes lettres, je varierais un peu. Ce que je ne changerais pas c'est la continuelle redite que nous vous aimons bien tendrement, que vous êtes toujours présents à notre pensée, que nous voudrions vous voir.

Mère amie  A.D.

Agla[8] va bien

Alphonse[9] et Alfred[10] de même


Notes

  1. Mention imprimée.
  2. Lire 1870.
  3. Prise d’Orléans par les Prussiens le 11 octobre.
  4. Prise de Châteaudun le 18 octobre ; un tiers de la ville est en ruines.
  5. Julien Desnoyers.
  6. Julien est affecté au fort d’Issy.
  7. Constance Prévost épouse de Claude Louis Lafisse.
  8. Aglaé Desnoyers, épouse d’Alphonse Milne-Edwards.
  9. Alphonse Milne-Edwards.
  10. Alfred Desnoyers.

Notice bibliographique

D’après l’original.

Annexe

PAR BALLON MONTÉ11

Madame Mertzdorff

à Vieux-Thann

département du Haut-Rhin

Pour citer cette page

« Jeudi 27 octobre 1870. Lettre de Jeanne Target, épouse de Jules Desnoyers (Paris) à sa fille Eugénie Desnoyers, épouse de Charles Mertzdorff (Vieux-Thann) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Jeudi_27_octobre_1870&oldid=40033 (accédée le 3 octobre 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.