Jeudi 14 juillet 1887 (C)

De Une correspondance familiale

Lettre d’Émilie Delaroche, veuve d'Adrien Joseph Gastambide (Le Vésinet) à sa cousine Félicité Duméril, épouse de Louis Daniel Constant Duméril (Vieux-Thann)


Fs1887-07-14C pages1-4-mort Aglaé-Gastambide.jpg Fs1887-07-14C pages2-3-mort Aglaé-Gastambide.jpg


Le Vésinet 14 Juillet 1887[1]

Ma chère Félicité,

Combien j’ai été péniblement impressionnée en apprenant subitement le coup si cruel et si inattendu qui vient de vous frapper[2] ! Cruelle perte que celle de cette femme excellente et distinguée entre toutes qui savait si bien aimer et se faire aimer.

Vous m’avez souvent parlé d’elle ; je savais qu’elle était pour vous et pour Constant[3] une vraie fille, pour vos petites-filles[4] une tendre mère et je comprenais combien vos éloges étaient mérités. Même sans posséder le privilège d’avoir avec Mme Milne-Edwards de fréquentes relations, on se trouvait tout de suite attiré par le charme de sa personne, par son abord si plein de bienveillance et de sympathie. On sentait en elle comme un rayonnement de bonté.

Chère amie, je prends part à votre grande douleur que votre piété seule peut adoucir. Combien, en présence de ces mystérieuses dispensations de la Providence et de si douloureuses séparations, nous avons besoin de porter nos regards au-delà de cette terre et d’espérer la réunion éternelle avec ceux dont l’absence nous laisse le cœur si brisé.

Eugène[5], Marthe[6] et Jules[7] sont en ce moment avec moi et me chargent de vous exprimer ainsi qu’à votre cher mari leur profonde sympathie. Élisabeth[8] qui est à Étretat se joindra certainement à eux.

Adrienne[9] a dû je crois vous exprimer directement combien elle et son mari sont de cœur avec vous. Elle a bien pleuré en recevant la triste communication.

Recevez, l’un et l’autre, ma chère Félicité, mes meilleures amitiés.

Votre cousine affectionnée

E. Gastambide

Quand vous serez à Paris faites-le moi savoir, je vous prie afin que je puisse aller vous embrasser.


Notes

  1. Lettre sur papier deuil.
  2. Aglaé Desnoyers, épouse d'Alphonse Milne-Edwards, vient de mourir.
  3. Louis Daniel Constant Duméril (« votre cher mari »).
  4. Marie Mertzdorff, épouse de Marcel de Fréville et Émilie Mertzdorff, épouse de Damas Froissart.
  5. Eugène Gastambide.
  6. Marthe Odier, épouse d'Eugène Gastambide.
  7. Jules Gastambide.
  8. Elisabeth Dhombres, épouse de Jules Gastambide.
  9. Adrienne Gastambide, épouse d'Alphonse Marc Chauvet. Voir la carte du 13 juillet 1887 (C).

Notice bibliographique

D’après l’original.

Pour citer cette page

« Jeudi 14 juillet 1887 (C). Lettre d’Émilie Delaroche, veuve d'Adrien Joseph Gastambide (Le Vésinet) à sa cousine Félicité Duméril, épouse de Louis Daniel Constant Duméril (Vieux-Thann) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Jeudi_14_juillet_1887_(C)&oldid=53710 (accédée le 19 août 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.