Jeudi 13 août 1863

De Une correspondance familiale

Lettre d’Eugénie Desnoyers (Montmorency) à sa filleule Marie Mertzdorff (Vieux-Thann)

Original de la lettre 1863-08-13.jpg


Montmorency

13 Août 63

Il me semble, ma chère petite filleule, qu’il y a bien longtemps que je n’ai eu de tes nouvelles. Bien souvent je pense à toi et à ta petite sœur[1] ; je vous vois toutes deux jouant autour de tante Adèle[2] qui paraît bien heureuse de s’occuper de vous. Je la comprends et c’est elle que je charge de vous donner de bien tendre caresses de ma part. je sais ma commission en bonnes mains, aussi mes chéries, à votre tour à l’embrasser pour moi, cette bonne petite tante que j’aime depuis longtemps.

J’ai été très contente de voir bonne maman Méhil[3] ; elle nous a parlé beaucoup de ses chères petites-filles ; et tout ce qu’elle m’a dit de votre sagesse m’a fait bien plaisir.

Voilà un magnifique temps pour se promener, et vous devez bien vous amuser dans le jardin. Avez-vous des petits oiseaux ou des petits lapins auxquels vous donniez vous-mêmes à manger ? et puis quels sont vos jeux favoris, vos petits travaux ; voilà des questions auxquelles Mimi devrait bien me répondre.

Adieu, ma petite Chérie, je t’envoie une petite fleur de Montmorency, tu ne connais pas ce pays lointain, mais un jour, tu le connaîtras. Ta petite Mère[4] l’aimait beaucoup. Je n’ai plus de place pour écrire, il faut que je remette à une autre fois à te <    > le nom et qui travaille beaucoup, puis < > les petites amies[5] avec lesquelles tu as beaucoup de plaisir à jouer.

Adieu, Ma petite Mimi, je t’embrasse bien fort, ainsi que ta petite sœur et te prie de ne pas m’oublier auprès de ceux qui conservent un petit souvenir de l’Amie de votre chère Maman.

Ta Marraine qui t’aime et tout son cœur

Eugénie Desnoyers


Notes

  1. Emilie Mertzdorff.
  2. Adèle Duméril, cousine de Marie (Mimi) et Emilie Mertzdorff, en visite à Vieux-Thann avec sa mère.
  3. Félicité Duméril, épouse de Louis Daniel Constant Duméril et grand-mère des petites Mertzdorff, revient d’un voyage à Paris.
  4. Caroline Duméril, épouse décédée de Charles Mertzdorff, mère des petites.
  5. Probablement Marie et Hélène Berger.

Notice bibliographique

D’après l’original

Pour citer cette page

« Jeudi 13 août 1863. Lettre d’Eugénie Desnoyers (Montmorency) à sa filleule Marie Mertzdorff (Vieux-Thann) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Jeudi_13_ao%C3%BBt_1863&oldid=39812 (accédée le 8 août 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.