Frémy, Edmond (1814-1894) et son épouse E.F.G. Boutron

De Une correspondance familiale

Eugénie Desnoyers, épouse de Charles Mertzdorff, mentionne ses relations avec la famille du chimiste Frémy au Jardin des plantes à Paris en 1870.

Fils d’un professeur de chimie, Edmond Frémy, né à Versailles, devient préparateur des cours de Gay-Lussac, à l’École polytechnique (1831). Après avoir occupé plusieurs postes d'enseignement (Écoles centrale et du commerce, École polytechnique), Frémy succède à Gay-Lussac en 1850 au Muséum d'histoire naturelle, dont il devint directeur (1879-1891). Edmond Frémy est membre de l'Académie des Sciences (1857) et son président en 1875.

Ses publications sont nombreuses : Abrégé de chimie (avec Jules Pelouze, nombreuses éditions),

direction de l’Encyclopédie chimique (1882-1899), Recherches sur les betteraves à sucre, Synthèse du rubis, mémoires dans les Comptes rendus de l’Académie des sciences et dans les Annales de chimie, etc. Les discours qu’il prononce aux funérailles de Henri Milne-Edwards (1885) et Jules Desnoyers (1887) sont publiés.

Il épouse vers 1840 Eugénie Félicité Germaine Boutron (née vers 1820). Ils ont une fils, Edouard Frémy (1843-1904) et ils élèvent Auguste Verneuil (1856-1913) qui devenu chimiste invente un processus commercialement viable de fabrication de pierres précieuses synthétiques.



Pour citer cette page

« Frémy, Edmond (1814-1894) et son épouse E.F.G. Boutron », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), URI: https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Fr%C3%A9my,_Edmond_(1814-1894)_et_son_%C3%A9pouse_E.F.G._Boutron&oldid=41872 (accédée le 30 septembre 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.