Février 1801

De Une correspondance familiale

Lettre d’André Marie Constant Duméril (Paris) au ministre de l’Intérieur Jean Antoine Chaptal (Paris)

Original de la lettre 1801-02-xx.jpg


Cette lettre appartient au n°132

Copie de ma lettre au citoyen Chaptal

Citoyen, tout en regrettant mon importunité j’ose user de la permission que vous m’avez donnée de vous parler de mon père[1], au sort duquel vous avez bien voulu déjà prendre quelque intérêt. il est maintenant juge suppléant et présenté unanimement et uniquement au ministre de la justice[2], par toute la députation de la Somme pour substitut du Commissaire du Gouvernement près le tribunal criminel.

je vous prie, si vous pouvez me rendre ce service, de vouloir bien appuyer la demande près du second Consul[3]. c’est une obligation que je joindrai à celle toute <récente> que ma reconnaissance n’oubliera jamais.

Salut. C. D.

je joins ici une note pour mon père : le citoyen J. Ch. F. Duméril juge suppléant à amiens, demande à être nommé substitut du Commissaire du gouverneur près le tribunal criminel du département de la Somme.

il est présenté par la députation de la Somme. il exerce depuis plus de 30 ans la profession de jurisconsulte ; il était juge à amiens avant la nouvelle organisation des tribunaux. il est père de sept enfants vivants. il a toujours mérité l’estime et la confiance de ses concitoyens.


Notes

Notice bibliographique

D’après l’original (il existe également une copie dans le livre des Lettres de Monsieur Constant Duméril, 2ème volume, p. 88-89). Cette copie est jointe à la lettre de André Marie Constant Duméril à son père (document 1801-04)

Pour citer cette page

« Février 1801. Lettre d’André Marie Constant Duméril (Paris) au ministre de l’Intérieur Jean Antoine Chaptal (Paris) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=F%C3%A9vrier_1801&oldid=39734 (accédée le 1 octobre 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.