Début septembre 1856

De Une correspondance familiale


Lettre de Caroline Duméril (Montataire) à sa cousine Adèle Duméril (Trouville)


Original de la lettre 1856-09-page1.jpg Original de la lettre 1856-09-page2.jpg Original de la lettre 1856-09-page3.jpg


Caroline Duméril

Ma chère Adèle

Comme j'avais promis de t'écrire, je veux tenir ma promesse et je viens te dire combien je serais contente si tu venais passer deux jours ici[1], tu t'amuserais bien avec tes petites cousines[2] je t'assure ; il serait bien amusant aussi de pouvoir nous en aller Dimanche soir tous en famille, ce serait une bonne manière de clore définitivement nos longues vacances et la semaine prochaine nous nous remettrions tous sérieusement à notre travail. Je viens te prier, ma chère enfant, de la part de ma cousine[3], de ne pas oublier d'apporter ton quadrille car il y a ici un piano et nous serions fort aises de t'entendre. Adieu, ma chère petite Adèle, pardonne-moi mon atroce et sale griffonnage mais c'est à genoux que je t'écris et tu comprends que la position n'est pas commode. Je t'embrasse de tout mon cœur ainsi que bonne-maman[4] et ma tante[5].

Marie ajoute son mot à ce que je t'écris, tu reconnaîtras sans peine son style et son écriture.

M.

Mademoiselle Caroline Duméril a l'ennui de vous faire part de la perte peu agréable qu'elle vient de faire en la personne de Monsieur Moricaud, exerçant l'honorable profession de ver à soie, décédé à Paris, dans le premier mois de son âge, à la suite d'une indigestion ou du chagrin que lui a causé le départ d'une aimable jeune personne Mademoiselle Adèle Duméril.

Pensez quelquefois à lui.


Notes

  1. À Montataire.
  2. Les petites Marie et Adèle Fröhlich, filles d’Eléonore Vasseur et André Fröhlich.
  3. Eléonore Vasseur.
  4. Alexandrine Cumont veuve d’Auguste Duméril l’aîné.
  5. Eugénie Duméril.

Notice bibliographique

D’après l’original

Annexe

Monsieur, Madame, Mademoiselle Duméril

Trouville sur mer

Pour citer cette page

« Début septembre 1856. Lettre de Caroline Duméril (Montataire) à sa cousine Adèle Duméril (Trouville) », Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=D%C3%A9but_septembre_1856&oldid=41199 (accédée le 14 août 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.