Vendredi 3 décembre 1909

De Une correspondance familiale



Carte-lettre d’Émilie Mertzdorff, épouse de Damas Froissart (Beaurainville), à son fils Louis Froissart (Douai)


Fs1909-12-03 Emilie.jpg


Vendredi 4h1/2

Mon cher petit Louis,

Je t’écris de la gare de Beaurainville en attendant le train qui va m’emmener vers Paris et sans y voir clair. Je viens de mettre Madeleine[1] à Campagne pour faire le catéchisme car décidément elle ne m’accompagne pas pour rester avec ton papa[2]. Jacques[3] vient de partir avec lui en auto pour Abbeville où il va faire un stage de 3 semaines environ à la sucrerie. C’est toujours Jeudi ou Vendredi que nous rentrerons. Mais tu pourras peut-être nous précéder de 2 ou 3 jours quand Françoise[4] aura chauffé la maison. Elle vient de partir avec Jeanne[5] pour surveiller les travaux de garage.

Je t’embrasse tendrement.

E. Froissart


Notes

  1. Madeleine Froissart.
  2. Damas Froissart.
  3. Jacques Froissart.
  4. Françoise Maurise Giroud, veuve de Jean Marie Cottard, employée par les Froissart.
  5. Jeanne Veillet, employée chez les Froissart.

Adresse

 Monsieur L. Froissart
Institution Saint-Jean
Rue Saint-Jean
Douai

Notice bibliographique

D’après l’original.


Pour citer cette page

« Vendredi 3 décembre 1909.

Carte-lettre d’Émilie Mertzdorff, épouse de Damas Froissart (Beaurainville), à son fils Louis Froissart (Douai)
», Une correspondance familiale (C. Dauphin et D. Poublan eds.), https://lettresfamiliales.ehess.fr/w/index.php?title=Vendredi_3_d%C3%A9cembre_1909&oldid=56870 (accédée le 5 octobre 2022).

D'autres formats de citation sont disponibles sur la page page dédiée.